Des cas marrades pas cucul

Kat alias « la calamité »  met son kilt, son anorak, son képi pour filer sur son kart copuler avec son coït préféré Frank alias » la cata »
punkQuel look kitch avec ses spikes …un kawa, un cake aux kiwis arrosé d’un cocktail de saké-raki, leur font danser un kiffant punk ska , un stick attaquer un kamasutra Bukowskien…Une commère du quartier, armée d’un kalachnikov en plastoc, un kakatoès sur le crane  criant « Aux keufs! »  débarque. Sketch Kafkaïen ! 
Frank, qui ne fait pas dans l’acajou,  d’un coup de karcher leur cloue le bec.
Il propose à sa cop de partir illico au Qatar pour un trek en kayak. Pas kamikase elle refuse, mais kleptomane pique ses Kundera, Kérouac, le K de Buzzati, ses killing joke, Kraftwerk, Kubrick, Hara-Kiri et compagnie, ses kilos de noix de kola, jusqu’à son sac kangourou dans lequel elle jette tout avec ses quelques kopecks, ne lui laissant à picorer que cacahuètes, puis se casse en klaxonnant …  » A bientôt sur un pic du Kilimandjaro !  »

Il ne fait pas un temps de cerise et pourtant 🍒

Un bel oiseau de malheur est venu nous annoncer il y a trois jours une imminente tempête .

DSCN02682Oui, le temps succulent des cerises est revenu, mais en même temps un temps pourri de Toussaint où il ne fait pas bon sortir en petite tenue est lui aussi revenu . Heureusement que ces boulettes rouges sont sous mes yeux car je n’y croirais pas ! Et cerise sur le clafoutis  nous avons rallumé le chauffage!

En mai croque les  griottes mais ne sors pas en short  …

DSCN02782

A la pentecôte un joyeux saint esprit me botte !

Pivoines,mes fleurs préférées je vous aime !

Vous, les plus jolies, les plus frileuses, les plus timides, mais aussi les plus fortes, vous, qui cachées dans un recoin du jardin, onze mois de l’année survivez souterrainement, vous que j’attends impatiemment chaque mois de mai, que je caresse des yeux et des doigts , avez enfin mis vos robes rouges et vous vous en donnez  à cœur joie d’exister ! Petites merveilles de la nature souriantes, devant la prodigalité de mon divin esprit, pas très sain :mrgreen: mais en passe de le devenir, vous sorties du ventre de la terre et non de la cote d’un homme, qui ne vivez qu’une éphémère semaine de révélation …

DSCN02662

Et un petit test fastoche  :  http://www.jesuiscultive.com/spip.php?article276#JEU62250 pour les amoureux de fleurs saines d’esprit !

Quand une aubergine part en biberine

Je suis allée chercher quelques légumes dans la cave, je n’y avais pas mis les pieds depuis des jours,  j’ai allumé, quand a bondi devant eux un minuscule monstre aux dents aussi acérées que de fines aiguilles. Un animalum à tête d’aubergine , revêtu des défroques des primeurs de notre réserve végétalum vinicolum , me réclamant, sous peine de me faire la peau, de nouvelles denrées pour alimenter la sienne. Cet alien à l’haleine pas vraiment fraiche, pour ne pas dire fétide, avait, je l’ai senti, le sang très chaud. Aussi, apeurée à l’idée de recevoir un coup incisif de cette aubergine pas vraiment in,  lui ai je payé hypocritement un pot de bienvenue, sans toutefois lui promettre un  pot de revoyure.

aubergine alien : ArcimboldoElle n’est toujours pas sortie de l’auberge … je vais la refiler en douce aux copains voisins,  la repiquer  dans leurs jardins :  entre amis on partage :mrgreen:

Ma salopette pouet-pouet

Haoduoyi-adjustable-shoulder-strap-Vu que nous habitons hors de la civilisation, que couvrir nos corps chez les gracieux commerçants de notre patelin coute la peau des fesses, nous nous habillons quelquefois sur des sites Internet ! Mais il n’est pas spécifié sur ces commandes en ligne que le pantalon pour mon époux est fabriqué au Bangladesh par des enfants, ma salopette en Chine par des travailleurs payés au compte-gouttes…faudrait quand même que je révise ce mode de consommation, moi qui râle tout le temps sur l’exploitation de l’homme par l’homme !

Alors quelles solutions adopter pour ne pas rester culs nus : faire nous mêmes nos vêtements avec un drapeau national souillé, nous habiller dans des braderies de reliques made in France,  nous vêtir de dépouilles de loups, chamois, marmottes, écureuils, ou de celles des blaireaux du coin … tués et dépecés de nos mains, ornées des plumes des derniers aigles royaux ?

En tout cas la réputation de l’ingéniosité chinoise m’est certifiée avec cette salopette casse tête reçue ( bien que je rajeunis à vue d’œil, ce n’est pas ma bouille sur la photo ) dont nous avons mis 10 minutes à 2 à monter les bretelles :D

Et là, je vais arroser le pied de magnifiques chinoises pivoines pas encore fleuries, puis je mijoterai des pâtes chinoises en buvant une p’tite bière chinoise, tout en écoutant des chinoiseries ! Tchin ! tchin !

♪♫Je redécouvre Lennon : ô yeah ♪♫

As soon as you’re born they make you feel small
By giving you no time instead of it all
Till the pain is so big you feel nothing at all
A working class hero is something to be …
They hurt you at home and they hit you at school
They hate you if you’re clever and they despise a fool
‘Till you’re so fucking crazy you can’t follow their rules
A working class hero is something to be…
When they’ve tortured and scared you for 20 odd years
Then they expect you to pick a career
When you can’t really function, you’re so full of fear
A working class hero is something to be…
Keep you doped with religion, and sex, and T.V.
And you think you’re so clever and classless and free
But you’re still fucking peasants as far as I can see
A working class hero is something to be…
There’s room at the top they are telling you still
But first you must learn how to smile as you kill
If you want to be like the folks on the hill
A working class hero is something to be
If you want to be a hero well just follow me

Instant Karma’s gonna get you
Gonna knock you right on the head
You better get yourself together
Pretty soon you’re gonna be dead
What in the world you thinking of
Laughing in the face of love
What on earth you tryin’ to do
It’s up to you, yeah you
Instant Karma’s gonna get you
Gonna look you right in the face
Better get yourself together darlin’
Join the human race
How in the world you gonna see
Laughin’ at fools like me
Who in the hell d’you think you are
A super star
Well, right you are
Well we all shine on
Like the moon and the stars and the sun
Well we all shine on
Ev’ryone come on
Instant Karma’s gonna get you
Gonna knock you off your feet
Better recognize your brothers
Ev’ryone you meet
Why in the world are we here
Surely not to live in pain and fear
Why on earth are you there
When you’re ev’rywhere
Come and get your share
Well we all shine on
Like the moon and the stars and the sun
Yeah we all shine on
Come on and on and on on on
Yeah ! yeah ! alright …
♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫

Un dernier déclic 📷

 Il vient de s’offrir un appareil photo numérique dernier cri et part avec sa superbe acquisition se promener dans la ville. Son œil ne s’intéresse qu’aux gens, il aime immortaliser les instants fugaces d’un simple quotidien. Ses premiers déclics sont pour une jolie jeune femme un enfant à la main, les suivants fixent un homme feuilletant un journal à la terrasse d’un café,  il mitraille aussi avec indiscrétion les embrassades d’un couple, et enfin un clochard les yeux baissés, sa casquette vide tendue, dans laquelle il pose un billet !

Il rentre chez lui visionner les instantanés, pour s’apercevoir, bouleversé, que l’appareil n’a pas gardé dans sa mémoire les brèves scènes auxquelles il a assisté, mais anticipé en gravant les suivantes… Il n’en croit donc pas ses yeux en constatant que la jeune femme porte l’enfant dans ses bras, que l’homme a replié le journal, que les amoureux sont séparés, que le clochard a remis sa casquette sur sa tête … Il prend l’extraordinaire engin prémonitoire, se précipite vers la fenêtre pour saisir quelques promeneurs.
 L’appareil tombe sur le lino, mais, l’œil du photographe ne pourra jamais y contempler sa dernière photo, où il git écrasé sur le trottoir, entouré par ces mêmes personnes qu’il y a vu quelques instants plus tôt . 

Le ver par sa pomme d’amour sauté 🍎

Très bonne pomme, elle a invité un chétif ver dans son espace vital. Il  prend tellement gout à sa tendre et chère, sans malsaine voracité mais trop plein d’une affection goulue, que, sans prendre garde il abuse de son hospitalité, approfondissant outre mesure le petit trou qu’elle lui a permis de creuser, jamais assez rassasié de sucer sa succulente chair.

Ben Chen 4Minuscule vermisseau devenu un très long ver, à la langue terriblement en verve, il l’envahit tant et si bien que mal qu’elle en a des vertiges. Aveugle et sourd aux avertissements qu’elle lui envoie, il ne réalise pas qu’il l’encombre.

Après avoir à nouveau fourré son corps dans la belle, il est vertement sauté de la tête au pied par une pomme d’humour noir joyeuse. A l’envers, le ver vidé de joie continue en solitaire, sans versifier sur sa misérable condition, son voyage sous terre.

Il ne trouvera plus d’happy pomme à aimer puisque, triste ironie du sort, il finit dans le ventre d’une goulue rainette  🐸

🎼 Devolution ou la régression d’une humanité qui n’en finit plus de régresser !

Devo est devenu célèbre en 1978 avec Are we not men? We are Devo. Les fondateurs du groupe, les 2 frères Cassale et Mark Mothersbaugh étaient étudiants en 70 à l’université d’État de Kent en Ohio quand la garde nationale tira, lors d’une manifestation contre l’invasion du Cambodge par les Etats Unis, tuant 4 de leurs copains et en blessant autres.  Bob Cassale a définit ce jour « comme le premier jour où il a arrêté d’être hippie :mrgreen:

j’adorais ce groupe délirant ! on en fait plus des comme eux, sniff !

J’suis pas Maya mais j’butine🐝

Ce matin je suis partie cueillir dans ma pampa des fleurs de pissenlits pour en faire du miel !  mais vu le paysage ses senteurs de paradis sur terre, la mauvaise abeille ouvrière que je suis a été hyper lente à butiner. Une larve sortie de sa cellule, qui en 2 heures de balade passées à s’imprégner les yeux , les oreilles et les narines des chefs-d’œuvre de maman nature n’a récolté que 250 g de fleurettes, de quoi ou faire un pot de compiote ou un litre d’alcool fleuris ! une paresseuse qui troublée par tant et tant de beautés a fait des photos floues d’insectes butineurs.

Montages2Mais heureuse  je suis de pouvoir paresser ! c’est tellement bon l’oisiveté, recommandée pour la santé physique et mentale … quand on peut se la permettre faut pas hésiter …