petites douceurs du jour

Même en scrutant, armée de mes 4 yeux, les chemins, les champs, et tous les alentours, je n’ai vu ces derniers jours que quelques pissenlits maigrichons, malmenés par la récente chute de neige , ainsi que de rarissimes fleurettes rescapées du coup de froid …

Une violette solitaire, 2  boutons d’or  sous une grosse pierre  Un narcisse résistant, cerné de ronces

Et, dire que demain arrivent les vacanciers de mon cœur qui, pendant 2 semaines, vont se faire un bonheur de cueillir  les nouvelles nées… 😠

Publicités

petite horreur du jour !

Hilare à l’idée de se remplir  la tige de steaks bleus de mouches noires, de cranes craquants de moustiques écervelés, de gluantes limaces fondantes sous sa langue, une magnifique fleur toute en bouche rit à gorge déployée devant l’abondant casse croûte que le vent souffle. Nul souci à se faire pour son repas d’aujourd’hui ni pour ceux des jours prochains !

Mais, le sirocco transporte des milliers de sauterelles, elles aussi affamées, qui ne feront qu’une bouchée de la belle.

Effeuillée par de dévorants bouche-à-bouche , une boucherie, il ne restera de sa gloire qu’une mâchoire claquante .

Elle n’aura, pauvre diablesse, ni fleurs ni couronnes …

on gaze même les oiseaux …

J’ai remarqué depuis quelques années déjà que les papillons fleurissaient de moins en moins en montagne et aujourd’hui ce sont les oiseaux que je vois et que j’entends moins ! mais, nous pouvons encore savourer les cui-cui des piafs enchanteurs de printemps… alors, profitons en , et faisons les écouter aux enfants, car oisillons  comme papillons sont en irrémédiable voie de disparition, si rien ne change …

c’est infiniment triste et je ne crois pas dramatiser…

Espérons qu’ils s’envolent bien loin  à l’abri dans des lieux où ils survivront sans se faire plumer. Mais existe t’il encore un paradis sur terre sur lequel même l’innocent qui ne demande qu’à vivre en paix n’est pas persécuté ?

Disco thème : t’aime ou pas ?

Le Disco apparaît au début des 70 aux états unis. Joué et écouté par des Afro-américains il se propage grâce aux Night Clubs, comme le Studio 54 de New York,  mais aussi grâce à la libération grandissante des femmes, à celle plus malingre des homosexuels, à celle des moeurs.

En 1975 il devient populaire outre atlantique avec des groupes et chanteurs noirs : Donna Summer, Gloria Gaynor,  Chic, Barry White …

et par la suite avec des blancs, les Bee Gees, Cerrone, Patrick Hernandez avec « Born to be Alive » Abba, des sangs mêlés » Village People » , KC & The Sunshine Band …

Mais après « Saturday Night Fever », chanteurs discos à la pelle avec paillettes lassent, s’ensuit un combat entre Disco et Rock. Une radio de Chicago organise en 79 une soirée  « The Disco Demolition Night » où seront détruits des tas de vinyles par  pure bêtise ou bien racisme et  homophobie ?

Et le Disco coulera …

j’veux du soleil 🌞

Et voilà qu’avec le départ de Jacques Higelin, je revisite la chanson française, la poétique, la sympa, la joyeuse, même si un poil nostalgique, mélancolique, la simple et vraie, celle qui se la pète pas avec de grands mots,  et j’ai retrouvé celle ci par hasard, en pensant, et sur You Tube  😉 mon autre mémoire,  à l’astre absent.  Un soleil dansant qui tombe a pic, il manque énormément au sens propre et au figuré !

la France est triste …

Alors j’écoute encore et encore de la musique tout en m’affairant chez moi puisque dehors c’est pas la joie …

En avril je serai puérile ! quelle envie d’ensoleillée Andalousie j’ai, envie d’aller y écouter ses guitares pleurer et rire, d’aller y faire la fête …

les belles et la bébète

Les premières sauvages fleurettes que j’ai découvertes aujourd’hui ( les basses Alpes seront toujours des retardées), à 2 pas de ma tanière, côtoyaient une  drôle de chose dont je ne me suis pas trop approchée !  je me suis demandée si c’était un animal végétalisé ? Ou bien mon imagination m’a t’elle encore joué un tour ?

Bref , plus je vieillis plus je suis sujette à des troubles, des inquiétudes pas vraiment pouet pouet  😮

Quand six yeux me contemplent …

Après des mois de navigation je pose ma soucoupe sur une planète verdoyante. Une habitante extraordinaire m’y accueille en silence. Elle est une merveilleuse plante élancée d’où émerge un visage soyeux qu’illuminent six immenses yeux améthyste, ornés de longs cils noirs. La fleur des fleurs repose sur une gracieuse tige protégée par une robe finement dentelée.
Elle gravite lentement autour de moi.
Ses yeux souriants me parlent …
Ils me subjuguent.
 Elle est la magnificence à l’état pur, inégalée même par la plus éclatante des fleurs.
  le vieux Lou solitaire des airs que je suis reste pétrifié d’extase.
 n
Ses regards tendres et dévorants pénètrent les jardins secrets de mon esprit et de mon cœur.
Je frémis de ravissement.
Parfaitement aimé et compris par l’adorable être, mon être plonge dans le délice.
 Il désire à nouveau cet exquis moment, qu’elle m’offre à nouveau …
Je m’oublie totalement pour m’implanter en elle.
Me permettra t-elle un jour d’y semer mes graines d’amour ?