Amour toujours ❣️

Publicités

vol de nuit

Ses ailes l’ont porté d’un infini si incommensurable, pour emporter avec lui la fleur de son rêve récurrent, qu’elles sont toutes endolories. Et voilà qu’un terrien malappris, un soi disant Tarzan, arrache de ses tendres griffes celle qu’il aurait butinée avec passion. Elle aussi attendait depuis toujours en songe son lépidoptère, qui l’aurait enfin déracinée de sa routine …lui aurait fait connaitre le véritable amour, sans jalousie inopportune, puis l’aurait relâchée libre comme l’air , pétales au vent …

Il n’est jamais trop tard pour papillonner les beaux secrets de la vie ❣

Quand les Martiens ressemblent étrangement aux Terriens !

Mars aux Martiens  de Fredric Brown 

Daptine , Adaptine à l’heure de sa découverte est le fin mot de l’histoire. Elle nous a permis de nous adapter.
Ils nous l’ont expliqué à l’âge de dix ans, à notre arrivée sur Mars.
Les enfants, vous êtes chez vous  a dit le directeur sous le dôme de verre spécialement construit pour nous. Puis il nous a exposé la situation. Il portait une combinaison spatiale chauffée avec un casque étanche ; la température du dôme convenable pour nous, était trop glaciale pour lui. Sa voix nous parvenait par radio de l’intérieur de son casque.
Les enfants, vous passerez  sur Mars le restant de votre vie. Vous êtes les premiers Martiens. Vous avez vécu cinq ans sur Terre, cinq ans dans l’espace, vous en passerez dix sous ce dôme. Avant la fin de cette durée, vous serez autorisés à passer progressivement des périodes plus longues à l’extérieur.

Lire la suite

un signe de vie …

Que fait cette étoile, figée sur ses pointes, dans cette grotte perdue au fin fond de l’océan inconnu de cette planète méconnue ? émerveillé par cette inexplicable vision de rêve, d’une autre époque, d’un autre monde, un cosmonaute du futur recueille à son bord la ballerine plongée dans une profonde léthargie. Réveillée, elle prononcera quelques mots dans une langue oubliée du commun des mortels, dansera quelques inoubliables minutes, puis retombera dans son sommeil …

c’est pas de jeu !

Un après midi de profond ennui,  le maître de l’univers et ses cons disciples désœuvrés se divertissent en jouant une partie de  billard intergalactique. Ils s’amusent à lancer les unes contre les autres, planètes, étoiles et tout ce qui traîne dans l’espace …

De légers coups de queues habiles sur les billes  provoquent quelques petits cataclysmes, explosions, effondrements  … En quelques minutes d’un sport adroitement mené les diaboliques joueurs révolutionnent le cosmos,  y semant le chaos … Big Bang ! C’est ainsi que quelques objets galactiques disparaissent.

Des étoiles s’éteignent, des galaxies se désagrègent dans des collisions géantes et meurent.Le processus d’expansion du cosmos s’arrête. Des astres s’agglutinent dans les trous noirs. l’Univers et sa matière explosent. C’est le grand déchirement !

L’énergie sombre des joueurs détruira t-elle l’espace et le temps, ou bien repentis  de leur scénario catastrophe remettront ils tout en ordre ?

Quand six yeux me contemplent …

Après des mois de navigation je pose ma soucoupe sur une planète verdoyante. Une habitante extraordinaire m’y accueille en silence. Elle est une merveilleuse plante élancée d’où émerge un visage soyeux qu’illuminent six immenses yeux améthyste, ornés de longs cils noirs. La fleur des fleurs repose sur une gracieuse tige protégée par une robe finement dentelée.
Elle gravite lentement autour de moi.
Ses yeux souriants me parlent …
Ils me subjuguent.
 Elle est la magnificence à l’état pur, inégalée même par la plus éclatante des fleurs.
  le vieux Lou solitaire des airs que je suis reste pétrifié d’extase.
 n
Ses regards tendres et dévorants pénètrent les jardins secrets de mon esprit et de mon cœur.
Je frémis de ravissement.
Parfaitement aimé et compris par l’adorable être, mon être plonge dans le délice.
 Il désire à nouveau cet exquis moment, qu’elle m’offre à nouveau …
Je m’oublie totalement pour m’implanter en elle.
Me permettra t-elle un jour d’y semer mes graines d’amour ?

dans l’attente du Dieu…Soleil !

Le soleil nous boude, depuis un mois il ne fait que de furtives apparitions, joue à cache-cache, s’amuse à titiller nos nerfs.

S’est il fait la malle, fatigué que la terre et ses voisines lui tournent continuellement autour, pour des vacances dans une autre galaxie ?

S’est il mis à la colle avec Dame Lune laquelle garde jalousement sa chaleur ?

A t’il été kidnappé par d’inconnus habitants de l’univers, en manque de lumière ?

Reviendra t-il plus éblouissant que jamais fêter le printemps ? s’il ne s’agit que du mignon caprice d’un Dieu, à la Prévert !

Bain de soleil

La salle de bains est fermée à clef
Le soleil entre par la fenêtre
Et il se baigne dans la baignoire,
Et il se frotte avec le savon,
Et le savon pleure,
Il a du soleil dans l’œil.

Quand sa rate se dilate

Eurêka ! hurle en s’éjectant en bombe de son laboratoire, les yeux exorbités d’euphorie le professeur Azimuté  qui brandit une éprouvette aux vapeurs aussi bouillonnantes que celles de son cerveau en fusion.  Eurâka, sa vieille rate , son cobaye choyé, éclatée d’un rire jaune, contemple incrédule la potion censée être un élixir d’immortalité .

L’est ratiboisé mon cher pépère, y sait même plus que ça fait 18 262,1099 jours , soit 5o ans qu’il cherche à retrouver sa découverte, 10 957,266 jours, soit 30 ans qu’il tente de retrouver la recette du contenu de sa fiole renversée que j’ai bu par inadvertance un jour de noël 1984. Depuis il a perdu la raison, concocte fiole sur fiole, faites d’étranges herbes amenées par sa sœur aussi folle dingue que lui , et c’est tout simplement  la 3 652,42199 fois  en 10 ans , qu’il hurle  » Eurâka ! «   

Pourvu que cette fois soit la bonne, je ne voudrais pas le perdre…sans mon rat de laboratoire adoré, ma vie ne serait plus que celle, foutue, d’un rat dégoût …

la porte du temps

Un bon samaritain ou bien un espiègle lutin l’a enfin ouverte pour l’euphorie de planètes entières … qui n’attendaient que ce moment pour s’engouffrer dans l’espace temps. Ouais ! c’est la cohue devant l’entrée pour temps révolus et temps à venir. Lesquels choisir ?

Aucune inquiétude, toutes les conjugaisons, même les conditionnelles, seront permises une fois le pas de porte franchi. Mais, mieux vaudra ne pas interférer sur les événements de ces temps, s’abstenir en les remontant d’essayer de changer leurs cours. Des paradoxes s’ensuivraient, des histoires individuelles, des histoires de peuples seraient chamboulées, un imbroglio monstre en découlerait…

Restons calmes et sereins devant la bobine du fil du temps à dérouler, facile à dire hein quand la porte sur son accès s’ouvre tout juste…

.

J’irais bien faire un tour dans l’avenir du monde, histoire de voir , non pas ma petite histoire mais la sienne, histoire de voir si l’humanité a évolué et tiré des leçons de son passé …