Vé !!! une nouvelle vie !

Il bave d’envie devant l’invraissemblable vaisseau spatial garé devant l’Évêché * :Vé ! * la vache ! visionne c’tte merveille!  on l’chourave?  Tu pars en vrilles Vincenzo?  Me gave pas, Vincenzo le vainqueur vole et s’envole avec ce qu’il veut!
Mon vier, on va se viander grave ! vomit le copain, voyou vantard, sans envergure, qui se volatilise ventre à terre sur sa vespa, pour se vautrer à tombeau ouvert vers la mésaventure.
D’un vigoureux coup de tournevis, Vicenzo, vieux cow boy en cavale, ouvre le véhicule. Vroom!  l’Ovni  vrombit, il s’évanouit loin de la ville, devant d’aveugles flics,  invétérés ivrognes qui cuvent leur vinasse.

Vincenzo Vélor (zic ) vétéran ventripotent de la Malavita se retrouve vis à vis avec un chef d’oeuvre, une vamp Vénusienne, qui lors de leur vadrouille dans l’univers, lui dévoilera des vérités …Il virera son viagra , retrouvera ses vingt ans et vivra sa veine!

* Vé : regarde en Marseillais *Evêché : caserne de police à Marseille 

je ne vous carotte pas !

Un aoûtien se réveille dans la maison prêtée par un ami, ouvre grand la fenêtre. Brûlé par un soleil tapant, il saute au plafond sur lequel il rampe afin de se rafraîchir dans la salle de bain. Sur les canines il vole jusqu’au frigo, y dégote un sandwich au Tartare , que dégoûté il déglutit sur une chauve souris endormie sur l’évier. Aucun doute, elle l’a vampirisé.

Accablé par ce brutal coup du sort, ce végétarien endurci plantera, l’obscurité venue, ses dents dans une énorme carotte du potager. Contaminée, la carot’ haine croquera le cou de ses sœurs, lesquelles grignoteront ceux de leurs voisins haricots…

Les carottes sont cuites, la faim guette les haricots … Un panier à salade cueillera t’il ces nouveaux barbares avant que leur effet mordant ne cannibalise d’autres espèces ?                                                                                     Parce qu’y a de quoi se faire du mauvais sang …

Délire de Mac

Obsédé par les oiselles, un mac les collectionne.

Grâce à un irrésistible magnétisme il attire des centaines et centaines de conquêtes, capture ses proies sur sa toile, les y diffuse, les fait défiler en ligne sur grand écran, à longueurs de journées et de nuits, puis sa mémoire encombrée, il les libère, vives, au fur et à mesure dans la nature, afin que son cerveau saturé ne disjoncte pas encore plus, face à toutes ces oiselles captivantes …

Vachânerie

Pourquoi le nom de vache est il le plus souvent employé péjorativement pour qualifier certains individus et leurs comportements saugrenus voir tordus alors  que cet animal, aux beaux yeux émouvants ornés de long cils, est doux sauf si on lui fait une vacherie à laquelle il riposte justement par un coup de pied mérité !

Ne soyez pas vaches avec ma petite pensée uniquement vache pour les vraies peaux de vache ( rock vache 😀 )

J’aime les belles vaches dans les prés … Pour terminer cet article de vachette maigre, les temps sont durs et secs,  un morceau de Nino Ferrer qui, comme plus haut Parabellum, machait non seulement de l’herbe mais aussi le verbe.

Double toit !

J’ai une tante rock’n’roll, une exquise canadienne, d’un certain age. Je vis cet été à ses crochets, planté avec elle dans son champ de blé, complètement fauché. Mais, elle se déchire tellement aux élixirs qu’elle me rend marteau : imperméable à mes tentatives de rafistolages de sa toile grêlée par toute une vie exposée aux intempéries, elle tombe toutes les nuits au tapis.

Je lui offre alors des sardines fraîches, ou bien des maquereaux , ses mets préférés,  puis la redresse. Comme elle a encore de l’étoffe, elle se tient quelques temps, bien fixée sur ses fils de fer, aussi droite qu’un piquet, puis s’écroule à nouveau.

Elle s’est couchée en pleine nuit dans ma chambre, étalée sur moi, complètement démontée ! J’ai dégrafé sa fermeture éclair pour la détendre. Elle m’a sommé de décamper, traité de gigolo, m’a sommé d’aller finir l’été sous le toit d’un tonton plagiste, qui lui , dispose de jeunes tentes droites, bien dressées et élevées, elles  😮 

Merlin l’enchanteur …

En revenant du boulot, j’en avais plein les gambettes
j’ai posé mes fesses sur le bord de la villageoise cuvette
L’eau était fraîche, mes pieds y ont fait trempette

Posé sur la branche d’un sapin, un merle moqueur a rigolé :
Pouet-pouet tes petons méritent d’être bien savonnés
Leur petite odeur de fromage affligent mes narines

Au lieu d’ironiser joli merle, siffle un air guilleret
Sinon tes narines ne seront pas réconfortées !
Voici un air pour tes oreilles de coquine

Et si ce soir parfumés sont tes petons
Je t’offrirai une autre belle chanson
Adorable enchanteur, tu m’as donné mes ailes …

Galopins des Garennes🐇

C’est anodin:  j’ai rencontré 2 petits lapins des bois à l’arrêt devant les pavots d’une voisine,  2 lapinaux  sans peur devant un chien bonnard, devant trois péquenaudes admiratives, dont une aux sabots crottés, munie d’un appareil photo, 2 aventuriers,  mignons tout plein, qui ont fui l’arrivée d’une voiture pour retourner à vive allure dans la nature.

Considérés nuisibles par le pire des prédateurs ils ont été éradiqués puis réintroduits il y a peu par ces mêmes prédateurs ?  il y aura bientôt foule de lapins. Je connais de vieux loups sympas qui doivent se pourlécher les babines mais aussi des braconniers moins sympas qui vont se régaler à poser des collets.

Y vont pas faire long feu dans le quartier ces lapins peu farouches, finir aux pruneaux ou  écharpés  !

Et un pauvre diable créa une femme

Je veux une compagne, je m’ennuie comme un rat mort sous ce soleil de Satan trépigne un vieux petit bonhomme !

Aidé d’un grimoire il élabore un élixir sensé créer une femme du tonnerre d’Éros, auquel il rajoute du doux pelage de chat, des poils de moustache d’une souriante souris, des plumes de rossignol, des pétales de fleurs, de savoureux fruits … toute la joliesse de la nature qui l’entoure, sans oublier le petit morceau de courge, afin qu’elle ne soit pas plus intelligente que lui  !

L’apprenti sorcier fait mijoter ces ingrédients dans un beau cul de poule. Abracadabra, sors de là poupée ! s’exclame t-il euphorique, en flambant le tout avec un rhum de derrière les fagots dont il a  abusé …Une merveille surgit des flammes !

Merde alors ! s’exclame t-il apercevant les boites vides de cœurs d’artichauts et de foie de morue, ajoutées par erreur …

le coup du lapin malin

Pimpin a rendez vous très loin avec Pimpette. Pour ne pas risquer de lui poser un lapin il prend le train à la sauvette. Haut les mains peau de lapin ! braille une contrôleuse. Goûte, elles te rendront aimable dit Pimpin lui tendant une botte de bios carottes. Tu ne m’as pas carottée chaud lapin, elles me bottent ! répond gourmande  Charlotte  (chanson paillarde) en s’enfilant sur le champ une carotte.

Du balai les indésirables !

J’ai fait la bêtise de répondre au commentaire sympa d’un américain il y a 2 jours et quelle surprise ce matin de voir 68 commentaires, plus ou moins tordus, qui de nuit , ont allègrement sauté la barrière installée par Akismet :mrgreen: Une barrière que j’ai consolidé depuis en cochant une case.

Dans ma hâte de supprimer ces conneries d’envahisseurs, auxquels il manque des cases, j’espère ne pas avoir mis à la poubelle certains mots « normaux » vu qu’un peu énervée j’ai pas tout lu …vais je passer en mode privé pour éviter ces emmerdeurs de première qui n’ont rien d’autre à faire que de polluer des blogs ? Sur ce, une vidéo des Monty Python sur le spam 😀