Galopins des Garennes🐇

C’est anodin:  j’ai rencontré 2 petits lapins des bois à l’arrêt devant les pavots d’une voisine,  2 lapinaux  sans peur devant un chien bonnard, devant trois péquenaudes admiratives, dont une aux sabots crottés, munie d’un appareil photo, 2 aventuriers,  mignons tout plein, qui ont fui l’arrivée d’une voiture pour retourner à vive allure dans la nature.

Considérés nuisibles par le pire des prédateurs ils ont été éradiqués puis réintroduits il y a peu par ces mêmes prédateurs ?  il y aura bientôt foule de lapins. Je connais de vieux loups sympas qui doivent se pourlécher les babines mais aussi des braconniers moins sympas qui vont se régaler à poser des collets.

Y vont pas faire long feu dans le quartier ces lapins peu farouches, finir aux pruneaux ou  écharpés  !

Et un pauvre diable créa une femme

Je veux une compagne, je m’ennuie comme un rat mort sous ce soleil de Satan trépigne un vieux petit bonhomme !

Aidé d’un grimoire il élabore un élixir sensé créer une femme du tonnerre d’Éros, auquel il rajoute du doux pelage de chat, des poils de moustache d’une souriante souris, des plumes de rossignol, des pétales de fleurs, de savoureux fruits … toute la joliesse de la nature qui l’entoure, sans oublier le petit morceau de courge, afin qu’elle ne soit pas plus intelligente que lui  !

L’apprenti sorcier fait mijoter ces ingrédients dans un beau cul de poule. Abracadabra, sors de là poupée ! s’exclame t-il euphorique, en flambant le tout avec un rhum de derrière les fagots dont il a  abusé …Une merveille surgit des flammes !

Merde alors ! s’exclame t-il apercevant les boites vides de cœurs d’artichauts et de foie de morue, ajoutées par erreur …

le coup du lapin malin

Pimpin a rendez vous très loin avec Pimpette. Pour ne pas risquer de lui poser un lapin il prend le train à la sauvette. Haut les mains peau de lapin ! braille une contrôleuse. Goûte, elles te rendront aimable dit Pimpin lui tendant une botte de bios carottes. Tu ne m’as pas carottée chaud lapin, elles me bottent ! répond gourmande  Charlotte  (chanson paillarde) en s’enfilant sur le champ une carotte.

Du balai les indésirables !

J’ai fait la bêtise de répondre au commentaire sympa d’un américain il y a 2 jours et quelle surprise ce matin de voir 68 commentaires, plus ou moins tordus, qui de nuit , ont allègrement sauté la barrière installée par Akismet :mrgreen: Une barrière que j’ai consolidé depuis en cochant une case.

Dans ma hâte de supprimer ces conneries d’envahisseurs, auxquels il manque des cases, j’espère ne pas avoir mis à la poubelle certains mots « normaux » vu qu’un peu énervée j’ai pas tout lu …vais je passer en mode privé pour éviter ces emmerdeurs de première qui n’ont rien d’autre à faire que de polluer des blogs ? Sur ce, une vidéo des Monty Python sur le spam 😀

Cherchez les femmes !

J’ai déjà mis sur ce blog quelques belles œuvres de cet artiste Italien de Body Painting , amoureux des femmes, des animaux, de la nature,  Johannes Stotter    , en voici d’autres toutes aussi belles,  et 2 minis vidéos qui décortiquent son loup et son caméléon …

Un coup fumant

Un type patibulaire, au regard désabusé, au visage balafré, au cou décoré d’un piercing tape à l’œil dévore sur la Canebière un merguez frite. Un violent mistral souffle les frites du sandwich. Subjuguée par cet irrésistible spécimen de vieux loup rapiécé qui n’a plus la patate, une Marseillaise s’émeut  … Il lui donne une telle fringale que tout de go elle l’invite à manger des pâtes au pesto chez elle. Mais catastrophe sa bouteille de gaz est vide.

Le type fulmine » Qu’est ce que tu fous nom d’une pipe! », caresse en sifflotant un air lugubre son cran d’arrêt, se dirige lentement vers elle, empoigne sa chevelure, lui souffle à l’oreille « Pendant que je fume poulette fais moi un jambon beurre et après, on jouera à mon jeu préféré »

Elle savait bien qu’il n’était pas bonhomme à se mettre en pétard juste pour l’épate !

Cruelle poubelle

Sans relâche elle traque des inoffensifs qui ne veulent qu’échapper à leurs destins de déchets. Aussi acharnée qu’un chien policier elle ne lâche jamais le morceau. Dressée pour faire respecter la discipline, la matonne matrone n’accorde aucun sursis à ces futurs broyés, aux permis d’exister périmés.

Je l’ai surprise dans l’une de ses persécutions et lui ai fait un croche-patte !

Les 4 fers en l’air la pas belle a rugi des appels à l’aide tandis que ses prisonniers ont pris la clef des champs avec des hourras de joie.

Ce sont les paysans du coin qui ne vont pas être contents 😀

Elle était trippante

Elle est là, au milieu du rock garage. Sa vue lui donne tellement de cœur au ventre qu’il joue sans répit, avec ses tripes, pour qu’elle daigne enfin lui jeter un regard. Il hurle du fond de ses entrailles son chant de loup.

En folie sur son crane sa banane en danse de crânerie. Mais la sorcière adorée ayant d’autres chats à fouetter, ce pitre n’est pas son trip, s’envole avec, agrippés à ses longs cheveux noirs, des chauves saouls qui rient, à s’en péter la bedaine, de lui

Mauvais trip. Les viscères à l’air, il est bienheureusement guéri de sa passion tord boyaux par son gros colon, lequel remet avec un grand point final tout en ordre dans sa peu banale querelle intestinale.

Pépé le tatoué

Ah ! les jeunes j’ai bourlingué, matez mes tatouages. C’est pas pour rien que je suis tout cabossé avec des valoches sous les yeux. J’ai fait le tour du monde, toujours bourré, à bloc, et j’y mettais le paquet, j’avais du coffre.

Alors, pour ne pas perdre sa caisse pépé avait plus d’un tour dans son sac : je me délestais du superflu, à l’insu de mon patron qui de toute  façon planait tout le temps, et allégé je continuais!  A l’époque on avait pas de roulettes, mon seul bagage était ma force.

Heureusement que je suis un dur en cuir parce que j’en ai vécu et pas que du beau. J’en ai bavé sur la route de Katmandou. J’ai failli finir la peau trouée dans un trek. Alors ni une ni deux, pépé s’est fait la malle en douce pour rentrer, se mettre au vert, au bercail.

Enregistrez moi les mioches : le voyage forme la jeunesse mais peut aussi déformer la vieillesse, alors jamais d’excès de zèle au travail !

Pas niais les poissons!

Ces poissons, aux visages d’hommes, parlent !

Avec eux commence le film des Monty Python, à l’humour décapant  » Le Sens de la vie «  !  et ces poissons philosophes, avant d’être cuisinés, vont découvrir un monde insensé …

un sketch à vomir !

un autre mortel !