pour le plaisir et le souvenir ♥ , de belles guitares ♪♫

Publicités

la bette en moi !

J’ai récolté aujourd’hui les dernières bettes (ou blettes) du potager car elles risquaient de geler.

Il commence à faire un froid bestial, et là, c’est non seulement la fin des blettes mais aussi le début de celle des bêtes sauvages …puisque leur chasse est ouverte aux canons de fusils.

ça me fait peine d’entendre ces tirs !

Vais je devenir aussi une bête humaine à force de manger des bettes ?

La grosse bête qui sommeille en moi va t-elle se réveiller ?

Non jamais au grand jamais je ne tirerais sur une bette !

A moins de vivre sur une île déserte!

Mais je devrais tout simplement arrêter de manger des cadavres de bêtes

Je les aime tant ces bettes…

Et j’aime aussi le si détesté loup qui tue seulement pour survivre, lui ne peut point acheter ses côtelettes au super marché :mrgreen:

je suis dans le tracassin médecin🙃

Quand j’ai fini de faire dodo, je ne sais plus parfois si je suis en repos ou si je dois aller au boulot!

Y’a des matins, des après midis, où je ne sais plus quel jour on est, ni quel mois, ni quelle année! !

Pire, parfois je ne me rappelle plus quel age j’ai !

Dois je me faire un grave souci ?

Consulter d’urgence un psy ?

Sauter rapido de ma planète ?

Stopper mon rythme pouet-pouet ?

Est ce le début du commencement de la fin ?

Et puis je verrai tout ça demain !!!

piqûres de mouche

C’est moi la mouche … Tsé-Tsé  … celle qui crotte partout
Il a tant reçu de claques que devenu paranoïaque il s’est collé un masque 
Elle rumine et remâche ses regrets d’une vie sans apparentes taches
Il bave d’envie devant les sans soucis, aime tellement pleurer sur lui 
Elle adore contempler son reflet, a même décidé de se faire cloner  
Il a le cœur sur la main, quelle poire pensent ses pas copains
Obsédée par la propreté, sa maison est un musée tristounet
C’est un rapiat qui accumule, compte et recompte le pécule
Elle s’écoute parler, des autres peu importe, elle compte 
Il est monté en grade et fait voir ce qu’est son pouvoir
Elle lèche les bottes du patron, sous peu la promotion 
Elle se fourre à la messe, son mari ne caresse plus ses fesses
Ils vivent au delà de leurs moyens pour épater les voisins
Tant de mouches à pognon nous volent notre pognon pour leurs petits oignons
 .
 Mais, heureusement que volent encore tant de fines et belles mouches dans un monde que de grosses mouches à merde, que j’emmerde, pourrissent de leurs misérables crottes …

Les envahisseurs

Des milliers et milliers d’extraterrestres ont fui leur planète en guerre, et débarqué sur terre, au péril de leurs vies.  Accueillis par quelques pays compatissants, ils y sont, tant bien que mal, hébergés quelques temps, malgré la réprobation de la plupart de leurs habitants, tenaillés par la peur , que ces importuns ne leur volent leurs boulots, leurs logements, leurs petits euros…

Finalement, beaucoup n’ont pas la moindre envie d’aider ces demandeurs d’asile, trop différents !

Un règlement implacable réexpédie tous ces gêneurs, sans pitié ni ménagement, vers les pays où ils ont atterri,  pays d’entrée sur lesquels reposent désormais toute la prise en charge de ces  réfugiés.

S’ils le pouvaient certains les renverraient illico presto dans l’espace …

Noir Désir 💫à chacun son étoile …

Cet après midi , peut être à cause de la grosse (clic) chaleur, j’ai beaucoup écouté  ce groupe que j’ai beaucoup aimé et que j’aime encore beaucoup …et me sont venues des pensées passionnées quant à l’amour passionné qui construit et souvent détruit , quant à la vie  qui construit et détruit aussi souvent, que j’aime passionnément mais que je déteste aussi quelquefois.

Le vent nous portera à l’ombre des ( clic) étoiles

J’ai comme tous les gens « normaux », de beaux gais désirs bleus, roses optimistes  mais aussi des sombres, gris et pessimistes et qui, n’est pas d’accord … me jette une noire étoile !

Et, en route pour la (clic)  joie  😀

je déteste le 14 juillet avec ses défilés et sa Marseillaise

Un 14 juillet où bon nombre se mettent à chanter la Marseillaise, chant sanglant, pour faire bonne figure, par tradition, conformisme, sans penser dans leurs têtes manipulées dès l’enfance que cet « amour »pour leur pays , où ils n’ont pas choisi de naître, leur est inculqué par de tristes personnages ne pensant qu’à préserver leur misérable désir de pouvoir.

Le patriotisme mène au nationalisme, à la haine et aux guerres …

Alors vive un monde sans frontières ni hymnes nationaux ! ils sont dépassés et dangereux …

Il faudrait commencer à apprendre à vivre en toute sérénité …

Meuh !!!

Un texte retrouvé dans mes vieilleries grâce à un dessinateur  : https://gilscow.wordpress.com/2017/06/24/relax/  😉 et parce que c’est à nouveau la saison des corridas,  torture supplémentaire et insupportable encore infligée à nos amis les animaux, pour le seul plaisir de voyeurs de souffrances …


De douce fleur des pâturages Basques, moi, Pâquerette, je suis devenue vachette enragé le jour où mon amour de taureau « Zezen » que j’aimais plus que vachement, que le sadisme des hommes m’a arraché, a péri après de sauvages mutilations sur un champ de carnage,

Pourquoi tant de haine me suis je questionnée dans mon infinie peine ?

Ne me laissant abattre ni par le chagrin ni par les sauvages vachers, j’ai peint autour de mes yeux, autrefois si doux, un masque rouge de colère, armée d’une fine cravache de trèfles tressés, je suis entrée en guerre contre la vacherie humaine.

C’est tout joli !

«  Golden Hair «   joli court poème de James Joyce,  joliment interprété par Syd Barrett sur une jolie animation de Steve Bokinski

Lean out your window, golden hair

Penche-toi à la fenêtre, chevelure d’or

I heard you singing in the midnight air

Je t’ai entendue chanter sous la brise de minuit

My book is closed, I read no more

Mon livre est fermé, je ne lis plus

Watching the fire dance, on the floor

Je regarde la danse du feu, sur le sol

I’ve left my book, I’ve left my room

J’ai laissé mon livre, j’ai laissé la pièce

For I heard you singing through the gloom

Car je t’ai entendue chanter dans l’obscurité

Singing and singing, a merry air

Chanter et chanter, un air joyeux

Lean out the window, golden hair…

Penche toi à la fenêtre chevelure d’or …