Les envahisseurs

Des milliers et milliers d’extraterrestres ont fui leur planète en guerre, et débarqué sur terre, au péril de leurs vies.  Accueillis par quelques pays compatissants, ils y sont, tant bien que mal, hébergés quelques temps, malgré la réprobation de la plupart de leurs habitants, tenaillés par la peur , que ces importuns ne leur volent leurs boulots, leurs logements, leurs petits euros…

Finalement, beaucoup n’ont pas la moindre envie d’aider ces demandeurs d’asile, trop différents !

Un règlement implacable réexpédie tous ces gêneurs, sans pitié ni ménagement, vers les pays où ils ont atterri,  pays d’entrée sur lesquels reposent désormais toute la prise en charge de ces  réfugiés.

S’ils le pouvaient certains les renverraient illico presto dans l’espace …

Noir Désir 💫à chacun son étoile …

Cet après midi , peut être à cause de la grosse (clic) chaleur, j’ai beaucoup écouté  ce groupe que j’ai beaucoup aimé et que j’aime encore beaucoup …et me sont venues des pensées passionnées quant à l’amour passionné qui construit et souvent détruit , quant à la vie  qui construit et détruit aussi souvent, que j’aime passionnément mais que je déteste aussi quelquefois.

Le vent nous portera à l’ombre des ( clic) étoiles

J’ai comme tous les gens « normaux », de beaux gais désirs bleus, roses optimistes  mais aussi des sombres, gris et pessimistes et qui, n’est pas d’accord … me jette une noire étoile !

Et, en route pour la (clic)  joie  😀

je déteste le 14 juillet avec ses défilés et sa Marseillaise

Un 14 juillet où bon nombre se mettent à chanter la Marseillaise, chant sanglant, pour faire bonne figure, par tradition, conformisme, sans penser dans leurs têtes manipulées dès l’enfance que cet « amour »pour leur pays , où ils n’ont pas choisi de naître, leur est inculqué par de tristes personnages ne pensant qu’à préserver leur misérable désir de pouvoir.

Le patriotisme mène au nationalisme, à la haine et aux guerres …

Alors vive un monde sans frontières ni hymnes nationaux ! ils sont dépassés et dangereux …

Il faudrait commencer à apprendre à vivre en toute sérénité …

Meuh !!!

Un texte retrouvé dans mes vieilleries grâce à un dessinateur  : https://gilscow.wordpress.com/2017/06/24/relax/  😉 et parce que c’est à nouveau la saison des corridas,  torture supplémentaire et insupportable encore infligée à nos amis les animaux, pour le seul plaisir de voyeurs de souffrances …


De douce fleur des pâturages Basques, moi, Pâquerette, je suis devenue vachette enragé le jour où mon amour de taureau « Zezen » que j’aimais plus que vachement, que le sadisme des hommes m’a arraché, a péri après de sauvages mutilations sur un champ de carnage,

Pourquoi tant de haine me suis je questionnée dans mon infinie peine ?

Ne me laissant abattre ni par le chagrin ni par les sauvages vachers, j’ai peint autour de mes yeux, autrefois si doux, un masque rouge de colère, armée d’une fine cravache de trèfles tressés, je suis entrée en guerre contre la vacherie humaine.

C’est tout joli !

«  Golden Hair «   joli court poème de James Joyce,  joliment interprété par Syd Barrett sur une jolie animation de Steve Bokinski

Lean out your window, golden hair

Penche-toi à la fenêtre, chevelure d’or

I heard you singing in the midnight air

Je t’ai entendue chanter sous la brise de minuit

My book is closed, I read no more

Mon livre est fermé, je ne lis plus

Watching the fire dance, on the floor

Je regarde la danse du feu, sur le sol

I’ve left my book, I’ve left my room

J’ai laissé mon livre, j’ai laissé la pièce

For I heard you singing through the gloom

Car je t’ai entendue chanter dans l’obscurité

Singing and singing, a merry air

Chanter et chanter, un air joyeux

Lean out the window, golden hair…

Penche toi à la fenêtre chevelure d’or …

On a tous besoin de pluie dans nos nids☔️

Vu mon poids plume je suis préposée entre autres » petits » boulots jardiniers à la plantation de haricots dans les carrés du potager archi sec tandis que mon costaud fait le gros du boulot.

Arroser avec le ridicule débit d’eau de la fontaine du hameau relève d’un défi à une Veolia assoiffée d’euros.

Et ce n’est pas encore le début des haricots, j’espère que nous en verrons la couleur.

En attendant qu’un ciel chargé d’eau tombe sur nos peaux, celles des animaux, celles des végétaux,  j’écosse 2 kilos d’optimaux petits pois bradés par un « mafioso » Siciliano pour régaler, entre autres simples repas, nos vieux os d’un délicioso (recette) risotto  ,

Mais comment survit le monde qui n’a point d’eau ???

 

Et, en conclusion une belle poésie sur la pluie 🙂

aux chiottes le FHaine !

Cette photo prise lors d’une manifestation de ce premier mai m’a bien amusée, bien que l’heure ne soit pas trop à la rigolade. Je la trouve très appropriée à mon état d’esprit pour ce parti ultra merdique, et cet endroit parfait pour ses rassemblements nauséabonds ! Et oui, mon coté poétique s’envole avec mon dégoût … Souhaitons que les français tirent une chasse conséquente, qu’il dégouline lui et sa puanteur dans la profondeur des égouts !

Allez ! un joyeux Gogol président 😀

Quand la flottille m’horripile

Malgré ses blanches dents souriantes, cynique est sa figure.

D’une « allègre » gauloise, ridicule et sinistre caricature,

qui ne vise qu’à empoisonner la vie de ses semblables

de son parfum rétrograde à l’odeur de nuoc-mâm.

Devant ses pitreries s’esclaffe même le diable!

Elle s’imagine nouvelle Jeanne des temps modernes,

sournoise tire à tout vent ses flèches bas de gamme.

Vulgaire emblème de haine,

amère marchande de poiscaille,

elle se contrefout aussi de ses ouailles !

Quand on est con on est con 😖

Jean Cocteau  » Le drame de notre temps, c’est que la bêtise se soit mise à penser »

Albert Einstein  » Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue »

Boris Vian « Ah ! que de volumes n’écrirait-on point si l’on voulait dénoncer les ravages causés par la connerie absolue »

Auteur inconnu ?  » la bêtise humaine au fil du temps s’aggrave, la faute aux médias qui virussent les cerveaux  »