c’est pas de jeu !

Un après midi de profond ennui,  le maître de l’univers et ses cons disciples désœuvrés se divertissent en jouant une partie de  billard intergalactique. Ils s’amusent à lancer les unes contre les autres, planètes, étoiles et tout ce qui traîne dans l’espace …

De légers coups de queues habiles sur les billes  provoquent quelques petits cataclysmes, explosions, effondrements  … En quelques minutes d’un sport adroitement mené les diaboliques joueurs révolutionnent le cosmos,  y semant le chaos … Big Bang ! C’est ainsi que quelques objets galactiques disparaissent.

Des étoiles s’éteignent, des galaxies se désagrègent dans des collisions géantes et meurent.Le processus d’expansion du cosmos s’arrête. Des astres s’agglutinent dans les trous noirs. l’Univers et sa matière explosent. C’est le grand déchirement !

L’énergie sombre des joueurs détruira t-elle l’espace et le temps, ou bien repentis  de leur scénario catastrophe remettront ils tout en ordre ?

Publicités

Quand un ophtalmo me sort par les yeux 😲

Depuis 3 semaines mon œil droit est voilé. Hier, ma doctoresse m’a envoyée d’urgence chez un ophtalmo , car il faut normalement 6 mois d’attente pour obtenir un rendez vous , à 1h et demi de route tortueuse car il n’y en a pas un dans notre trou.

Je lui explique en 2 phrases que j’ai quotidiennement mal à la tête depuis octobre et que mon œil droit part lui aussi en vrille. Il me répond grossièrement qu’il se fiche de mes maux de tête, que seuls mes yeux l’intéressent. Après examen j’apprends que j’ai une cataracte à l’œil droit et qu’une autre attaque le gauche. Puis, il me demande en vue d’une opération si j’ai d’autres problèmes de santé. Je réponds : oui, mon mal de tête quotidien :mrgreen:

Là il ferme sa grande bouche aux longues dents. Il m’opère début octobre à Marseille et je ne vois pas ça d’un bon œil.  Il exerce pour le fric, ça saute aux yeux …

Résultat de recherche d'images pour "gif animé coup d'oeil"

pépin le bref ☔️

Il vend des pépins jusqu’à Perlimpinpin mais les combines dans lesquelles il trempe le bassinent. Et puis sa petite baleine chérie lui a administré une douche glaciale : elle est partie au large prendre des bains de soleil. Cette goutte d’eau amère fait déborder son vase déjà dégoulinant d’ennuis.

Noyé dans son vin pour y couler son chagrin, il roule sous l’orage. Pris d’un subit noir désir de faire le grand plongeon il s’arrête et ramasse une solide corde tombée du ciel. Il mouille abondamment sa chemise pour l’accrocher à une branche. 

Rincé jusqu’aux os, il la noue à son cou, ouvre en un éclair un pépin, pour passer ses derniers instants au sec et plouf, il saute.

capture56

Mais Jupiter, terre à terre, veille et foudroie le parapluie. Sain et sauf, barbotant dans une flaque boueuse, le pépin  salvateur raide à ses cotés, il rira de lui même au soleil levant…

entre 4 averses Melles Pivoines espèrent Mr Soleil

Les champs s’en donnent à cœur joie de chanter, Mr blanc Lilas se la pète en compte fleurettes, Mr Lierre qui se prend pour saint Pierre grimpe pour arriver au paradis : remarquez mes coups de sécateur qui l’ont taillé en  bête  😉

 

 

 

 

 

Mais pourtant mes fleurs préférées attendent depuis 1 mois de renaître !

 

 

 

 

Et voici la première née ce matin. Troublée par sa fragilité, je l’ai caressée et du regard et de la parole, et demain je retournerai la caresser à nouveau, ainsi que ses sœurs, si la pluie ne les a pas brisées…

des 🥖🥖 🥖 pas volés

Deux amies dans le pétrin faute de boulot trouvent dans une boulangerie de quoi gagner leurs croûtes.

Mais, menées à la baguette par un patron qu’elles surnomment « le bâtard » car trop de pain sur la planche, des courses du four au moulin pour des bouchées de quignons rassis, elles deviennent plus maigrichonnes que des flûtes, tandis que lui engraisse sa brioche.

Un matin de pluie battante elles arrivent en retard trempées comme des soupes.

La gueule enfarinée, le bâtard industriel entame une tartine  indigérable de grossièretés, et de sa patte tripote leurs miches.

Les pains qu’elles lui collent dans le gras du bide lui font dégurgiter une galette de gluten. De ficelles elles le ligotent, d’une couronne d’épis elles le coiffent, dans sa bouche pâteuse elles enfournent un pistolet Belge et avec son tiroir caisse elles s’offriront des tas de restaurants.

et en dessert 😀  les frais Collins Kids, bons comme du bon pain.

Quand un coiffeur décoiffe !

Il vient de s’installer dans le coin. Il parait que ses coiffures sont du dernier cri, qu’il a des ciseaux de fée, des doigts de fer dans une main de velours. Je me fais pourtant quelques cheveux blancs en entrant dans son salon car il n’y a ni les 3 pelés et 1 tondu espérés, pas même de boules à zéro, ni aucune coupe qui n’a pas eu de bol. Une clientèle inexistante, qui au moins ne se crêpera pas le chignon. Mais, les clic-clac incessants de ses cisailles ne sont pas pour me rassurer.

Mes cheveux dressés sur ma tête , il ne me ratera pas ! en deux temps, trois mouvements il me règle mon affaire.

Ouf, je m’en tire bien, avec un carré digne de celui de la divine Cléopâtre.

1963, CLEOPATRA

J’ai gagné mon pari avec le village froussard et retrouvé du poil de la bête avec mon porte monnaie garni de pépètes