Vaudou

Fredric Brown (1955) du recueil de nouvelles Lune de miel en enfer 

Madame Decker venait de rentrer d’un voyage à Haïti – voyage qu’elle avait fait seule – et dont le but était de donner au couple Decker le temps de réfléchir avant d’entamer une procédure de divorce.
Le temps de réflexion n’avait rien changé. En se retrouvant après cette séparation, Monsieur et Madame Decker avaient constaté qu’ils se haïssaient plus encore qu’ils ne le pensaient avant.
– La moitié ! proclama d’une voix ferme Mme Decker. Je n’accepterai sous aucun prétexte un sou de moins que la moitié de nos biens !
– C’est ridicule ! dit M. Decker.
– Tu trouves ? Tu sais que je pourrais avoir la totalité et non la moitié. Et très facilement : j’ai étudié les rites Vaudou, pendant mon séjour à Haïti.
– Balivernes ! dit M. Decker.
– C’est très sérieux. Et tu devrais remercier le ciel d’avoir épousé une femme de cœur, car je pourrais te tuer sans difficulté, si je le voulais. J’aurais alors tout l’argent, et tous les biens immobiliers, et sans avoir rien à craindre. Une mort provoquée par le Vaudou est impossible à reconnaître d’une mort par lâchage du cœur. Lire la suite

Publicités

Quand des oies jouent le grand jeu

Elles  gloussaient si fort de leurs voix criardes que j’ai accouru voir de quoi il retournait.  Elles criaillaient sous le cagnard implacable  » Oyez, oyez notre soif maîtres égoïstes !!! » .

L’une d’elles blanche comme neige , à ce jour fondue,  m’a amicalement sifflée pour siffler un coup … de glaçon avec elle « Fait si soif dans ce désert ma sœur aux petites pattes d’oie !  le temps et les gens merdoient ces derniers temps »

♥♪♫Quand un sain Esprit me visite, je l’écoute 👂

Spirit est formé en 1967 par Randy California (1951-1997 ),  Ed Cassidy (1923-2012), Jay Ferguson (né en 1947),  Mark Andes (né en 1948) et John Locke (1943-2006). Marqué à vie ( qui ne l’aurait été ? ) par sa rencontre avec Hendrix, California lui rendra de nombreux hommages

Avec ses 4 premiers albums Spirit (68), Family that Plays Together (69), Clear (69) et le géant Twelve dreams of Dr. Sardonicus (70) , Spirit roule bien ! 

J’adore ce morceau d’amour ❣️

                                             

préparons nos mouchoirs😭 pour un nouveau blue monday

J’ignorais que le troisième lundi du mois de janvier était le jour le plus déprimant de l’année mais grâce à mon informatrice Tuffette, le mal est réparé, et j’ai donc prévu pour ce fatidique 21 janvier un stock de mouchoirs.

Blue Monday Logo

Ce lundi de grand blues, dont voici la formule, a été découvert en 2005 par Cliff Arnall, psychologue irlandais.

 W Weather (météo), (D-d) debt (dettes contractées pendant les fêtes), T Time (temps écoulé depuis Noël), Q (temps écoulé depuis nos résolutions du Nouvel An), M (Manque de motivation), Na (besoin d’agir)

Tous les critères réunis pour une journée cauchemardesque qu’il vaut mieux fuir…nous en avons encore la possibilité!

Une supercherie montée pour une opération marketing, pour la compagnie aérienne Sky Travel , dans le but de vanter les bienfaits de vacances en janvier ! Cliff Arnal a avoué, ce qui ne l’a pas empêché de récidiver en proclamant jour le plus heureux de l’année, le troisième vendredi du mois de juin , en collaboration avec une marque de glace. 😁

Quand une vieille tête d’ampoule a encore du jus

Je ne suis plus au courant, débranchée qu’ils disent, moi qui carburait au 220 volts, plus rien ne m’électrise parait il. J’aurais soi disant de la neige dans la tête.

Faut dire qu’à force de les illuminer gentiment sans cesse, ce, sans retour de flammes, j’ai perdu de ma lumière extérieure et je suis à présent grillée à leurs yeux, éteinte à leur dire. Je ne les éclaire plus assez, aussi veulent ils me remplacer  par une jeunesse smart intelligente. La hors circuit va donc éclairer leurs lanternes, avec un petit court circuit juteux, et ouais 😬,  ils vont voir de quel bois l’obsolète se chauffe.

Qui se frotte trop à ma douille en prend plein la bouille …

guili-guili 🖐🏿

Chaque jour, aussi légère qu’une plume, elle rampait sur le tendre cou blanc qu’elle caressait de ses longs doigts noirs, si agiles. Conquise par cette originale masseuse au doigté si câlin, la jeune fille la gardait à l’abri, sous son épaisse chevelure. Elle avait une totale confiance en cette menotte au tour de main sans bavure, savait qu’elle ne lui jouerait jamais de mauvais tours, et, se disait  simplement qu’elle découvrirait un jour le secret de cette étrange créature…