La tragique fin de jeunes rockeurs

J’ai publié il y a trois jours une historiette  d’ivrognette,  accompagnée  de « Peggie Sue » de Buddy Holly et découvert ce même jour qu’il était décédé dans un accident d’avion âgé de 33 ans début 59 avec 2 copains musiciens jeunes eux aussi :  Ritchie Valens (La Bamba), et Big Bopper (Chantilly Lace).

Les trois têtes d’affiche de la Winter Party traversent le Midwest pour une tournée marathon dans de très dures conditions : le car où ils vivent à moitié rencontre des barrages de neige et comble de la scoumoune le chauffage y tombe en panne. Buddy Holly, Big Bopper, Ritchie Valens tentent de regagner le Dakota  Nord par avion privé mais l’appareil s’écrase peu après le décollage  Le jeune pilote Roger Peterson ne survit pas non plus …

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Day_the_Music_Died#:~:text=Le%203%20f%C3%A9vrier%201959%20%2C%20les,par%20l’auteur%2Dcompositeur%20Don

Quand Sue en chie 😣

Il passe la prendre à 20h pour déguster des sushis. En l’attendant elle fume une cigarette, boit un doigt de whisky.

20h30: une retouche de maquillage, une autre clope, 2 longs doigts de whisky l’aident à patienter.

21 h: elle finit le paquet de clopes et le fond de bouteille.

22 h: elle se fait du souci, avale de vieux sushis accompagnés de saké.

22h30: elle s’en prend ardemment au cubi de rosé.

23h: un peu défraîchie elle se refait une beauté, se prend un pied dans le tapis, tombe sur le carreau, s’y fait une grosse bosse.

23h30: elle s’endort d’un sommeil d’ivrognesse. D’impétueux coups de sonnette l’en tirent. L’effronté est là qui lui tend un magnifique bouquet de soucis.

Décomposée, elle l’empoigne par son col de veston , vomit dedans les sushis périmés et tout le reste.

Elle ramenait trop sa fraise 🍓

Clémentine a toujours été bonne poire, voir courge, mais aujourd’hui alors que son portefeuille est aussi sec qu’un citron pressé personne ne remplit son panier afin qu’elle se régale des fruits de sa passion.

Aussi, loin de sucrer les fraises, part elle déguisée en kiwi, à Orange visiter un verger. Dans le jus, moins bourrée qu’un coing mais aussi farcie qu’une datte, elle carambole un poteau, cabosse son carrosse kaki sur un énorme cassis sous le nez rouge tomate d’une aubergine qui lui colle une grosse amende… mais elle garde la banane prête à grimper aux pruniers.

 » Hé ! toi gaffe aux pruneaux, descends, sinon t’es marron » hurle Figue molle, le garde champêtre!

Ne pouvant tomber dans d’absentes pommes, clémentine lui envoie une pèche sur la citrouille.

Dans la marmelade jusqu’au cou elle sera obligée de se payer un avocat … à la noix de coco !

La totale déconfiture 😮

Vidéo

The Groundhogs et leur blues rock !

Avec leur album « Split » de 71, sur lequel j’ai flashé il y a 2 jours, un album plein de marmottes qui vont et viennent, passent et repassent à travers les morceaux 😃 (je les adore : morceaux et marmottes)

The Groundhogs est un groupe Anglais, du british blues, groupe formé en 1963 à Londres qui se sépare dans les années 70. Il tire son nom d’une chanson de John Lee Hooker, Groundhog’s Blues (clique).

En 70, ils jouent au Festival de l’île de Wight (clique encore)

Et voilà tout l’album avec le blues final que j’AIME !!!

C’est long et c’est bien bon !!!

Quand un chat soûl rit

Chat Mallow chaparde du Chablis dans le château du chat botté et complètement noir rit à pleines dents en faisant un charivari du diable.

Tu travailles du chapeau et ton chahut mérite châtiment le chapitre du haut de son châtaignier, le roi des chats teignes qui se prend pour un chaman.

Quel charabia !!! le charrie chat l’heureux chaloupant sur un chachacha avec une chatoyante chatonne.

Quel monde bordelique !

DSCN4459 (2)

Comme notre balcon avec cette étagère pourrave et bancale et tout son bordel à trier , avant qu’elle ne se casse la gueule sur le minou …et ce n’est qu’un petit aperçu, le jardin fait un peu peur à voir 😉 mais on va s’y coller avant l’hiver …et retaper !

Image

De la douceur…avant que le ciel ne nous tombe sur la tête 😎

DSCN4452

DSCN4449

C’est ce dont nous manquons, ce dont nous avons besoin avec tous ces maux et tous ces gens de malheur qui empoisonnent nos existences …alors attirée comme un papillon pas la floraison subite des arbres chantants, je m’émerveille de jour en jour et je marche, à mon rythme tranquillou, le souffle coupé par ces beautés, pour découvrir un nouveau printemps de tendresse, et m’éclater avec lui !

Et ce n’est qu’un début !

DSCN4450

DSCN4443