ce n’est pas de l’eau de rose

Certaines passionnées des roses crieront au sacrilège car nous avons maltraité quelques fleurs du vieux rosier, pas traité du jardin, rempli de ses pétales délicieusement parfumés une bouteille,  ajouté dedans du blanc jus de vigne.

Ce breuvage raffiné a fini englouti dans la nuit, ainsi qu’une grosse dizaine d’autrestrès bons flacons, par des gosiers desséchés amoureux du divin vin.

Mais, faut dire que nous étions une bonne dizaine de boit sans soif autant émerveillés par la beauté des étoiles que par la bonté des vins …

ça non plus n’est pas de l’eau de rose 😛

Attrape temps d’antan

Salut le temps !  c’est vraiment ton passe temps préféré de voler tout notre temps. Que Satan! c’est le printemps, détends toi un instant …

 Nous entends tu ? Il est maintenant grand temps de nous laisser tranquillement prendre notre temps à plein temps. Nous avons été patients jusqu’à présent,  mais étant donné que tu ne respectes aucune mitan il est temps, pour nous les battants, de te tendre un tentant appât temps.
Alors Mr Rabat bon-temps, bon vent , file et va …temps … et dorénavant oublie nous !  nous, n’aurons aucun mal à nous passer de toi …

Un coup fumant

Un type patibulaire, au regard désabusé, au visage balafré, au cou décoré d’un piercing tape à l’œil dévore sur la Canebière un merguez frite. Un violent mistral souffle les frites du sandwich. Subjuguée par cet irrésistible spécimen de vieux loup rapiécé qui n’a plus la patate, une Marseillaise s’émeut  … Il lui donne une telle fringale que tout de go elle l’invite à manger des pâtes au pesto chez elle. Mais catastrophe sa bouteille de gaz est vide.

Le type fulmine » Qu’est ce que tu fous nom d’une pipe! », caresse en sifflotant un air lugubre son cran d’arrêt, se dirige lentement vers elle, empoigne sa chevelure, lui souffle à l’oreille « Pendant que je fume poulette fais moi un jambon beurre et après, on jouera à mon jeu préféré »

Elle savait bien qu’il n’était pas bonhomme à se mettre en pétard juste pour l’épate !

Paul Personne et son Rêve sidéral d’un naïf idéal suivi de ses Nuits blanches étoilées …de quoi faire de beaux rêves !

.

D’là haut on s’imagine, mais c’est moins drôle vu d’ici.
Du bout des lèvres et seulement quand on ose on demande un peu d’respect et d’dignité pour que demain l’aube elle s’illumine, et que d’la nuit au jour, tout ce qui dort s’métamorphose.
Faut dire dire qu’à se barrer y se fait d’jà tard ou idéal c’est nulle part.
Cœurs en attente juste d’essentielles choses, pas que de haine ! pas que de haine!

Hey , r’garde, pas tous le temps usé sur la déroute, en témoin émigrant du jour passé où t’es encore vivant dans ce corps dingue de tout, buvant au goutte à goutte, en perfusion d’amour sous un soleil couchant.
Si seul’ment tu savais où on en est là tu tirerais vite fait bien fait.
Le temps s’fait long quand on attend autr’chose , que de la haine, que de la haine …

Mais en cavale épuisé déçu de tout, gueulant sous la grand’ourse, quand mon vieux sac troué d’espoir me crie: Hé alors p’tit gars t’as fait le tour faudrait penser au r’tour! J’dis: J’ai cassé l’rétro, j’allume pleins phares l’avenir, et j’regarde tout en haut, si on écoute, ou si on s’en fout vraiment.
Sous mon ciel de lit gravé d’étoiles, j’m’enroule en silence chaviré par le vent, dans l’rêve sidéral d’un naïf idéal, loin de la haine, loin de la haine…

Elle était trippante

Elle est là, au milieu du rock garage. Sa vue lui donne tellement de cœur au ventre qu’il joue sans répit, avec ses tripes, pour qu’elle daigne enfin lui jeter un regard. Il hurle du fond de ses entrailles son chant de loup.

En folie sur son crane sa banane en danse de crânerie. Mais la sorcière adorée ayant d’autres chats à fouetter, ce pitre n’est pas son trip, s’envole avec, agrippés à ses longs cheveux noirs, des chauves saouls qui rient, à s’en péter la bedaine, de lui

Mauvais trip. Les viscères à l’air, il est bienheureusement guéri de sa passion tord boyaux par son gros colon, lequel remet avec un grand point final tout en ordre dans sa peu banale querelle intestinale.

aux chiottes le FHaine !

Cette photo prise lors d’une manifestation de ce premier mai m’a bien amusée, bien que l’heure ne soit pas trop à la rigolade. Je la trouve très appropriée à mon état d’esprit pour ce parti ultra merdique, et cet endroit parfait pour ses rassemblements nauséabonds ! Et oui, mon coté poétique s’envole avec mon dégoût … Souhaitons que les français tirent une chasse conséquente, qu’il dégouline lui et sa puanteur dans la profondeur des égouts !

Allez ! un joyeux Gogol président 😀

Quand la flottille m’horripile

Malgré ses blanches dents souriantes, cynique est sa figure.

D’une « allègre » gauloise, ridicule et sinistre caricature,

qui ne vise qu’à empoisonner la vie de ses semblables

de son parfum rétrograde à l’odeur de nuoc-mâm.

Devant ses pitreries s’esclaffe même le diable!

Elle s’imagine nouvelle Jeanne des temps modernes,

sournoise tire à tout vent ses flèches bas de gamme.

Vulgaire emblème de haine,

amère marchande de poiscaille,

elle se contrefout aussi de ses ouailles !