Il ne connaissait que trop la musique 😬

Mené à la baguette par sa mégère, surnommée  » la charrue « ,  avec laquelle en total désaccord il ne fait plus musette, les soirées de Momo sont une grave rengaine. Après avoir pianoté 7 h sur un  clavier, il n’a pas même le temps de recharger ses batteries que l’attendent des corvées ménagères minutieusement orchestrées.

Flûte, flûte , flûte !  marmonne t’il en sourdine, lorsqu’une voix de  crécelle lui ordonne à cor et à cri d’accélérer la cadence. Sonné comme une cloche il répond qu’il a perdu la caisse, espérant faire vibrer chez elle une corde sensible. Elle élève le ton :  » Tu joues à nouveau du pipeau, change de disque et active le rythme. » La basse maîtresse-chanteuse ressasse sa gamme.
Saturé, mais refusant d’assassiner le (gros) morceau, pour payer une note noire en  finissant au violon, Momo fuira sans tambour ni trompette, pour la route 66(clic !)

 Wouah! Wouah !  et en avant la musique !!! claironne t’il en appuyant sur la pédale.

Publicités

Quand Mme s’attend au pire

La rage aux cornes, Mme poireaute au bal costumé des suppôts de son démon préféré. Où diable est donc allé finir ce vieux bouc qui commence sérieusement à la barber ?

La tentation a été encore trop forte pour le bougre, qui plus trop malin, n’a point résisté à un poker, misé son royaume qu’il a perdu avec ses pédales. Il aura beau faire du pied fourchu à sa diablesse chérie, celle ci pas du tout résolue à dormir sous les ponts, ne l’a plus au corps.

Il n’a jamais avoué, par honte, à celle qu’il aime pourtant plus que tout au monde (la faute à ce satané bon dieu vaniteux , qui l’a rejeté, pour se faire idolâtrer à sa place) que sans elle il serait foutu…

Susurrera t-il enfin un apaisant je t’aime à sa Satane, la ramènera t-il dans sa tanière brulante du délicieux péché de l’amour, afin que le pire ne détruise pas le  peu qu’il en reste sur terre ?

Mauvais polar

Prise pour une pomme par de sacrés lascars, elle se retrouve, à l’heure de ses pépins un peu flétris, dans un cirage noir de noir. Elle a beau crier « dépêtrez moi de là » les ringards qui se sont régalés de ses écarts, n’en ont rien à cirer. Le ramassis de vicelards, qu’elle ne peut plus voir en avatar, se brossent du pot de peinture qu’ils ont seulement cueilli pour soulager leurs polards au plumard.

Bel et bien entubée, elle essaye de sortir à la force de ses petits bras de son magistral coup de Trafalgar.

Trop tard, elle n’a pas mangé d’épinards !!!

Heureusement par un heureux hasard, ou bien une bienheureuse empathie, un gars bonnard, sorti de nulle part sinon de son grand espoir, l’extirpe de son cauchemar.

Tous deux signeront des tubes signés « Nos pas à part « 

la bette en moi !

J’ai récolté aujourd’hui les dernières bettes (ou blettes) du potager car elles risquaient de geler.

Il commence à faire un froid bestial, et là, c’est non seulement la fin des blettes mais aussi le début de celle des bêtes sauvages …puisque leur chasse est ouverte aux canons de fusils.

ça me fait peine d’entendre ces tirs !

Vais je devenir aussi une bête humaine à force de manger des bettes ?

La grosse bête qui sommeille en moi va t-elle se réveiller ?

Non jamais au grand jamais je ne tirerais sur une bette !

A moins de vivre sur une île déserte!

Mais je devrais tout simplement arrêter de manger des cadavres de bêtes

Je les aime tant ces bettes…

Et j’aime aussi le si détesté loup qui tue seulement pour survivre, lui ne peut point acheter ses côtelettes au super marché :mrgreen:

Quand les murs se resserrent …

De grosses huiles, non vierges de péchés, appâtent les petites sardines avec leurs hameçons visqueux au bout desquels pendent des ragots trafiqués, qu’elles gobent sans se poser de questions quant à leurs origines.

Agglutiné dans des boites, quoique conservé de façon optimale à l’aide de produits illicites permis, et bien qu’ayant perdu la tête, ce menu fretin se demande de temps à autre si son sort s’arrête à une vie de sardinânerie sans queue ni mémoire ?

Brisera t-il un jour ses murs de fer afin que l’affaire toujours plus florissante des crocos d’huiles, aux rires jaunes, tourne au vinaigre ?

je suis dans le tracassin médecin🙃

Quand j’ai fini de faire dodo, je ne sais plus parfois si je suis en repos ou si je dois aller au boulot!

Y’a des matins, des après midis, où je ne sais plus quel jour on est, ni quel mois, ni quelle année! !

Pire, parfois je ne me rappelle plus quel age j’ai !

Dois je me faire un grave souci ?

Consulter d’urgence un psy ?

Sauter rapido de ma planète ?

Stopper mon rythme pouet-pouet ?

Est ce le début du commencement de la fin ?

Et puis je verrai tout ça demain !!!