L’orgue de Barbarie « Prévert »

Moi je joue du piano disait l’un
Moi je joue du violon disait l’autre
Moi de la harpe, moi du banjo
Moi du violoncelle
Moi du biniou...Moi de la flûte
et Moi de la crécelle.
Et les uns les autres parlaient parlaient
parlaient de ce qu’ils jouaient.
On n’entendait pas la musique
tout le monde parlait parlait parlait
personne ne jouait

Mais dans un coin un homme se taisait:
« Et de quel instrument jouez-vous monsieur
qui vous taisez et qui ne dites rien? »
lui demandèrent les musiciens.

« Moi je joue de l’orgue de Barbarie
et je joue du couteau aussi »
dit l’homme qui jusqu’ici n’avait absolument rien dit
et puis il s’avança le couteau à la main
et il tua tous les musiciens
et il joua de l’orgue de Barbarie
et sa musique était si vraie, si vivante et si jolie
que la petite fille du maître de la maison
sortit de dessous le piano
où elle était couchée endormie par ennui
et elle dit:

« Moi je jouais au cerceau
à la balle au chasseur
je jouais à la marelle
je jouais avec un seau
je jouais avec une pelle
je jouais au papa et à la maman
je jouais à chat perché
je jouais avec mes poupées
je jouais avec une ombrelle
je jouais avec mon petit frère
avec ma petite sœur
je jouais au gendarme et au voleur
mais c’est fini fini fini
je veux jouer à l’assassin
je veux jouer de l’orgue de Barbarie. »

Et l’homme prit la petite fille par la main
et ils s’en allèrent dans les villes
dans les maisons dans les jardins
et puis ils tuèrent le plus de monde possible
après quoi ils se marièrent
et ils eurent beaucoup d’enfants.
Mais
l’aîné apprit le piano
le second le violon
le troisième la harpe
le quatrième la crécelle
le cinquième le violoncelle
et puis ils se mirent à parler parler
parler parler parler
on n’entendit plus la musique
et tout fut à recommencer

Publicités

Bigoli in salsa « anchois »

Une recette traditionnelle Vénitienne, faut aimer les anchois, s’ils te déplaisent, remplace les par des sardines.

Pour 2 bons appétits :

Émince finement 3 oignons. pèse 250 ou 300 gr de bigolis ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Bigoli) ou de bons gros spaghettis normaux , mets l’eau sur le feu et prépare ta sauce.

Fais rissoler les oignons dans un peu d’huile d’olive à feu tout doux. Ajoute un peu d’eau de cuisson des pâtes. Dépose plusieurs anchois (nous les achetons en gros bocal sous huile d’olive ) dans la poêle, remue quelques minutes qu’ils fondent. ajoute du vin blanc, facultatif mais ça va très bien avec, parsème généreusement de persil avant de servir et d’un filet d’huile d’olive

Verse les spaghettis dans la poêle et régalez vous
Rajout de quelques olives, et pignons par un époux pas trop traditionnel mais goulu !
( un italien ne survit pas 3 jours sans sa dose de pâtes et d’huile d’olive )

l’arbre enchanteur 🌳

II  sourit et rit encore malgré son grand age, bien que depuis sa plus tendre enfance la  vie ne l’a pas épargné. Et, pourtant Il en a reçu des coups bas mais aussi des coups fulminants du tonnerre, des rudes et sévères, mais il aime trop son existence haute en couleurs et musique, toute en joies terrestres et célestes, pour se laisser abattre !

Mais, gare aux embûches frères ! chante t-il 

Résistons !!!

1, 2, 3, 4, 5 … je décolle

Il brillait dans une flaque boueuse et noire de pluie, me regardant d’un air saisissant; Saisi, je l’y ai ramassé, et quand j’ai regardé dans ma main il s’y était incrusté. Un bien être fulgurant, que dis je l’extase, m’a envahi.

Depuis, quand la mélancolie me gagne, quand le désespoir m’agrippe, j’ouvre ma paume, je contemple le joyau; et il m’emporte vers des étoiles resplendissantes. Le temps infiniment court, de compter jusqu’à cinq, je retrouve paix et joie intérieure. J’ai de plus en plus de mal à garder la main fermée, obnubilé par mon désir de plus en plus pressant de contempler l’œil magique, pour nager, la tête, dans les merveilleuses étoiles ⭐🌟🌟…

Je la perds d’ailleurs un peu plus chaque jour, je le sens, mais pour rien au monde je ne retournerai m’enterrer dans le vieux monde si terne, de durs cinglés malheureux… plutôt rester un doux cinglé joyeux ! 

Vidéo

c’est cool Raoul 😎

Pour encore une fois (elles sont assez rares ces fois) je mets un groupe du terroir, du Vaucluse, Raoul Petite, Carton en est le principal chanteur depuis 79. Un groupe de comédiens bouffons, ce qui n’empêche pas que ses textes soient satiriques avec une musique, qualifiée de rock agricole,  joyeuse et dansante.

les Perchés

Ils avaient survécu aux grands bouleversements qui secouèrent leur planète en se perchant sur ce qu’il en resta, un presque rien, mais y restèrent perchés le temps que leurs esprits se remettent en place dans leurs cerveaux ébranlés de mutants d’une ère nouvelle.

Quelques dizaines d’années de béatitude suffirent pour qu’ils s’adaptent à ce nouveau monde si paisible, d’où ceux qui marchaient debout, dormaient allongés, et pensaient sinon trop mais très mal, avaient disparu, s’envolant pour aller détruire ailleurs.

Le silence était doré, majestueux, ponctué seulement de  bruits naturels. Tout était clair, net, lumineux  harmonieux, sans ambiguïté, dans leur univers idyllique délivré de perversités. Ils étaient d’ailleurs tous devenus végétariens.

Jusqu’au jour où un appareil volant se posa. D’un commun accord, tacitement conclu dans leur inconscient collectif, ils le détruisirent,  ainsi que quelques autres qui osèrent à nouveau tenter ce sale coup !

Perchés ils étaient et perchés ils entendaient rester … non mais !!!

Vidéo

💖 un amour astronomique 🚀

When I saw you, you looked so surprised
And the oceans flowed through your blue-grey eyes
And I stood and gazed
Through hot summer days
So tell me how do you feel?
Well I dream of you the whole night through
And I don’t even shut my eyes
‘Cos what I see, it’s pure heaven to me
So tell me are you for real?
We could make love and live as one
And burn our fingers on the sun
But I have seen what love denies
I’ve drunk the teardrops from her eyes
We could make love and live as one
And burn our fingers on the sun
We could make love and live as one
And burn our fingers on the sun
So tell me how does it feel?
So tell me how does it feel?
So tell…