le survivant

une historiette de 2009 

https://juliette2410.wordpress.com/2009/09/27/le-survivant/

 Bienvenus sur Terre , si vous venez en paix, autrement rebroussez chemin !
Je suis le seul survivant de la pandémie de grippe qui a détruit l’humanité il y a quelques siècles.
Laissez moi vous conter : j’étais le dernier né d’une ribambelle de mouflets, ce qui n’a pas été un bienfait car je n’ai jamais pu me débarrasser de cette étiquette de dernier qui m’a agrippé .
Le dernier de la classe, au piquet couvert du bonnet du nom de cet adorable animal appelé âne, le dernier gars qu’on prenait comme copain quand on avait personne d’autre sous la main, le premier souffre douleur, le dernier des choix pour une fille …
Elles me prenaient toutes en grippe !!!
Ma vie professionnelle a aussi été un fiasco, à cause de ma réputation d’idiot, on m’embauchait comme bouche trou …
 J’étais un moins que rien, le dernier des cons, voilà pourquoi je jubile aujourd’hui d’être le survivant !
J’ai depuis découvert le secret de l’immortalité, j’ai muté pour m’adapter, je vole comme un oiseau, je nage comme un poisson, j’ai pour uniques amis des animaux, qui eux m’acceptent comme je suis, vous le voyez , je suis un être comblé.
Une seule chose me manque terriblement : une oiselle-poisson-femme qui m’aime … que j’essaye de créer depuis toutes ces années, en vain …mais vous allez m’aider hein ??? 

jeu musical 🎶📢

Avec 50 extraits de 1934 à nos jours , à écouter sur une vieille cassette et à deviner en 20 secondes 🤔, y’en a pour presque tous les goûts et les âges. Les réponses sont affichées à chaque fin d’extrait , alors à vos oreilles 👂 …si ça vous chante 🎤

Ray Bradbury « Chroniques Martiennes »

à découvrir ou redécouvrir  » un incontournable roman » de science fiction avec des nouvelles qui forment un fantastique tout.

« Il est bon de renouveler les sources d’émerveillement, dit le philosophe.
Le voyage spatial nous a rendu nos âmes d’enfants. »

La première, et si ça vous chante vous pouvez décoller avec tout le bouquin à lire en ligne plus bas

JANVIER 2030
L’été de la fusée

À un moment donné c’était l’hiver en Ohio, avec ses portes fermées, ses fenêtres verrouillées, ses vitres masquées de givre, ses toits frangés de stalactites, les enfants qui skiaient sur les pentes, les ménagères engoncées dans leurs fourrures qui, tels de grands ours noirs, avançaient pesamment dans les rues verglacées.
Puis une longue vague de chaleur balaya la petite ville. Un raz de marée d’air brûlant ; comme si on avait laissé ouvert un four de boulanger. La vibration de fournaise passa sur les pavillons, les buissons, les enfants. Les glaçons se détachèrent, se brisèrent, se mirent à fondre. Portes et fenêtres s’ouvrirent à la volée. Les enfants s’extirpèrent de leurs lainages. Les femmes se dépouillèrent de leurs défroques d’ours. La neige se liquéfia, révélant l’ancien vert des pelouses de l’été précédent.

L’été de la fusée.

On se passa le mot dans les maisons grandes ouvertes. L’été de la fusée. La touffeur de désert modifiait les broderies du givre sur les fenêtres, effaçait l’œuvre d’art. Skis et luges devenaient soudain inutiles. La neige qui tombait du ciel froid sur la ville se transformait en pluie chaude avant de toucher le sol.

L’été de la fusée.

Les gens se penchaient hors de leurs vérandas ruisselantes pour contempler le ciel rougeoyant.
Sur sa rampe de lancement, la fusée crachait des nuages de flammes roses et une chaleur d’étuve. Dressée dans cette froide matinée d’hiver, elle donnait vie à l’été à chaque souffle de ses puissantes tuyères. La fusée commandait au climat, faisant régner un court moment l’été sur le pays.

 

http://ekladata.com/BHikk_W9EXiiej-klJTMugLub2c/Bradbury-Les-chroniques-martiennes-1950-.pdf

Petites fleurs du jour 💚

Laisse le monde absurde courir, oublie sa dureté , ne voit que son sourire
Vagabonde dans des pensées étoilées, imagine l’avenir ensoleillé
Balaye les futilités de ton présent, la vie ne dure qu’un court moment
Le temps d’une étincelle qui peut être aussi douce qu’un miel coulant
Alors croque la chaque instant, goulûment, comme une sucrerie…
Ton unique VIE …
Et aime le plus fort possible ceux que tu aimes !
.

un adorabile diavoletto

Délaissé par son ange gardien, un diablotin s’ennuie à en mourir dans sa solitude, aussi triste qu’un feu sans joie. Pour ne pas se laisser abattre il sort de sa boite à malices une sauce fraîche, d’un rouge vif, y ajoute, 2, 3 petits piments criants de vie, quelques tendres petits pois verts d’espérance, mais aucun cœur d’artichaut, un verre de blanc  » Lacryma Christi » du Vésuve, de l’ail en pagaille, et son tour est joué …

Sa chère et tendre bottée par l’odeur alléchante se régalera, tout en larmoyant, car la petite sauce est méchamment piquante …Jamais satisfaites ces nanas, se moque t-il, mais, que diable »qui si frotte, s’y pique » …

Réchauffée à bloc, Angelina retombera entre ses douces griffes dans un torride  » tu m’épates « 

nos zélés enchanteurs

Sans zoziaux on est cuit

Cui ! cui ! comme la môme piaf¨.

Piaffons d’impatience en écoutant leurs chants

Chantons avec eux l’arrivée de la jolie saison

Assaisonnons nos journées de leurs joyeusetés

Zieutez tout yeux ouverts ces adorables créatures ailées

 

Elles m’enchantent plus que le plus pur des poèmes !

Aime, vole et enchante du mieux que tu le peux gazouillent elles

 

Elles, qui ne sont jamais à l’abri !

Rit aussi la vie de nuit, avec un peu de gnôle

 Ole 🎵 clame de son nid Mr gai Rossi  🎈