ils ne sont pas encore au bout du rouleau

Fleur souriante elle fait pourtant tapisserie dans un bal pour célibataires endurcis ! Mystère et boule de gomme se dit un homme charmé par cette décoration .

ça tombe bien, il est tapissier et preneur d’une aussi belle oeuvre, lui offre une pâtisserie, ça tombe bien, elle est pâtissière et preneuse de douceurs !

Il la décolle de sa chaise.

Mais tous deux ont un recul : elle est beaucoup trop peinturlurée pour être honnête pense monsieur, il a une trop grosse brioche, il va couler mon commerce pense madame  …

Ils se mettront pourtant à la colle pour léviter ensemble …

Elle le menacera souvent de son rouleau à pâtisserie quand il la traitera de pot de peinture, il clouera souvent son bec quand elle lui reprochera de manger sa boutique, mais leur vie à deux sera un inépuisable gâteau !

Publicités

Capucinerie

Capucine si jolie tire son nom du mot latin cappa signifiant capuche , et de son diminutif cappucino ou cappucetto, capuchon ( Cappucetto  rosso : petit chaperon rouge ). Les manteaux des religieux, les Capucins ou Franciscains portaient un capuchon semblable à celui de la fleur. L’abbé Pierre était un Capucin. Capucine a pour patronne Sainte Fleur, qui fut l’une des premières religieuses, vers 1300, à sortir de son monastère pour aider les malades. Puis il y eut l’ordre des Clarisses Capucines.

Capucine protège avec sa capuche son cœur des ravages de bourdons butineurs. Je porte très souvent aussi, été comme hiver, des capuches, mais seulement pour protéger ce qu’il me reste de tête des aléas d’un climat fada !

Qui s’y frotte s’y pique !

Des fourmis ouvrières discutent de leur âpre vie de labeur, entièrement consacrée à leur reine, une esclavagiste morfale qui se goinfre à longueur de temps des victuailles transportées sur leurs dos courbaturés, sans jamais récompenser leur dévouement sans bornes.
Soudain, une odeur sucrée émoustille les antennes des compagnes .
Elles en frémissent tellement de plaisir qu’elles négligent, pour la première fois de leur existence de soumission,  leur mission du jour.
Après prospection, elles découvrent un paradis de fraises juteuses à souhait, s’y ruent dans un élan spontané de gourmandise, s’en délectent, et y construisent un savoureux nid de bonheur.
C’est ainsi qu’est né le peuple, sans reine, des petites fourmis rouges au parfum de fraise, joyeuses fourmis  prévoyantes, car équipées d’un dard dont elles piquent ceux qui se frottent inconsidérément à elles.
.

vol de nuit

Ses ailes l’ont porté d’un infini si incommensurable, pour emporter avec lui la fleur de son rêve récurrent, qu’elles sont toutes endolories. Et voilà qu’un terrien malappris, un soi disant Tarzan, arrache de ses tendres griffes celle qu’il aurait butinée avec passion. Elle aussi attendait depuis toujours en songe son lépidoptère, qui l’aurait enfin déracinée de sa routine …lui aurait fait connaitre le véritable amour, sans jalousie inopportune, puis l’aurait relâchée libre comme l’air , pétales au vent …

Il n’est jamais trop tard pour papillonner les beaux secrets de la vie ❣

Quand le ciel s’emballe c’est que d’la balle

Il fait très chaud et c’est très bon, je dirais même excellent. Puis les petits cirrus blanchâtres surviennent, puis un compagnon inattendu , un mignon stratus, un petit noir de noir, s’incruste dans leur mêlée et on jubile, et on se dit : ouais !!!  il va pleuvoir dans nos abreuvoirs !

j’aime les ciels d’orage avec le tonnerre  qui gronde  !

Mais, que dalle,  little black Cloud pisse trois petites gouttes et se casse en rigolant sur son éléphanteau rejoindre son désert !

Hey ! come back soon … rafraîchir nos peaux et nos pensées trop souvent arides.

 

 

Tous les oiseaux de la terre espèrent ton jet désaltérant !

un beau geai posé dans le jardin …

Laisse pas béton Tonton

Baisse le son Gaston crie d’une voix de baryton

tonton de sa chambre où il cuisine un thon breton.

Y m’fait mal au teston ton feuilleton de ballons.

Quel marathon ! aussi raides qu’des glaçons ses tétons.

M’étonne pas qu’elle soit maton me confie le faux jeton,

une fois les grands petons de cendrillon sur le paillasson.

Mais revenue chercher ses biftons oubliés, la dite Cendrillon,

qui se fout du qu’en dira t’on nous montre son chaton.

Et vla l’tonton qui tombe en pâmoison pour un minou trognon

devant lequel même Platon serait tombé en adoration.

 

T’es pas d’béton coulé mon tonton !

Nous t’aimons !

Quand les Martiens ressemblent étrangement aux Terriens !

Mars aux Martiens  de Fredric Brown 

Daptine , Adaptine à l’heure de sa découverte est le fin mot de l’histoire. Elle nous a permis de nous adapter.
Ils nous l’ont expliqué à l’âge de dix ans, à notre arrivée sur Mars.
Les enfants, vous êtes chez vous  a dit le directeur sous le dôme de verre spécialement construit pour nous. Puis il nous a exposé la situation. Il portait une combinaison spatiale chauffée avec un casque étanche ; la température du dôme convenable pour nous, était trop glaciale pour lui. Sa voix nous parvenait par radio de l’intérieur de son casque.
Les enfants, vous passerez  sur Mars le restant de votre vie. Vous êtes les premiers Martiens. Vous avez vécu cinq ans sur Terre, cinq ans dans l’espace, vous en passerez dix sous ce dôme. Avant la fin de cette durée, vous serez autorisés à passer progressivement des périodes plus longues à l’extérieur.

Lire la suite

Et Vive l’Été !!!

Enfin son soleil a surgi avec ses chants à n’en plus finir

Enfin il nous régale d’une nature revêtue de ses plus beaux atours

Enfin grâce à lui les couleurs magnifiées de la vie réveillent nos désirs

Enfin nous renaissons comme libres sous son sourire

Enfin son arrivée fait vibrer au plus profond de nos êtres notre envie d’éternel amour

L’été est gratuit pour tous alors profitons en comme s’il était notre dernier jour  …

un signe de vie …

Que fait cette étoile, figée sur ses pointes, dans cette grotte perdue au fin fond de l’océan inconnu de cette planète méconnue ? émerveillé par cette inexplicable vision de rêve, d’une autre époque, d’un autre monde, un cosmonaute du futur recueille à son bord la ballerine plongée dans une profonde léthargie. Réveillée, elle prononcera quelques mots dans une langue oubliée du commun des mortels, dansera quelques inoubliables minutes, puis retombera dans son sommeil …