jeu musical 🎶📢

Avec 50 extraits de 1934 à nos jours , à écouter sur une vieille cassette et à deviner en 20 secondes 🤔, y’en a pour presque tous les goûts et les âges. Les réponses sont affichées à chaque fin d’extrait , alors à vos oreilles 👂 …si ça vous chante 🎤

Petites fleurs du jour 💚

Laisse le monde absurde courir, oublie sa dureté , ne voit que son sourire
Vagabonde dans des pensées étoilées, imagine l’avenir ensoleillé
Balaye les futilités de ton présent, la vie ne dure qu’un court moment
Le temps d’une étincelle qui peut être aussi douce qu’un miel coulant
Alors croque la chaque instant, goulûment, comme une sucrerie…
Ton unique VIE …
Et aime le plus fort possible ceux que tu aimes !
.

un adorabile diavoletto

Délaissé par son ange gardien, un diablotin s’ennuie à en mourir dans sa solitude, aussi triste qu’un feu sans joie. Pour ne pas se laisser abattre il sort de sa boite à malices une sauce fraîche, d’un rouge vif, y ajoute, 2, 3 petits piments criants de vie, quelques tendres petits pois verts d’espérance, mais aucun cœur d’artichaut, un verre de blanc  » Lacryma Christi » du Vésuve, de l’ail en pagaille, et son tour est joué …

Sa chère et tendre bottée par l’odeur alléchante se régalera, tout en larmoyant, car la petite sauce est méchamment piquante …Jamais satisfaites ces nanas, se moque t-il, mais, que diable »qui si frotte, s’y pique » …

Réchauffée à bloc, Angelina retombera entre ses douces griffes dans un torride  » tu m’épates « 

nos zélés enchanteurs

Sans zoziaux on est cuit

Cui ! cui ! comme la môme piaf¨.

Piaffons d’impatience en écoutant leurs chants

Chantons avec eux l’arrivée de la jolie saison

Assaisonnons nos journées de leurs joyeusetés

Zieutez tout yeux ouverts ces adorables créatures ailées

 

Elles m’enchantent plus que le plus pur des poèmes !

Aime, vole et enchante du mieux que tu le peux gazouillent elles

 

Elles, qui ne sont jamais à l’abri !

Rit aussi la vie de nuit, avec un peu de gnôle

 Ole 🎵 clame de son nid Mr gai Rossi  🎈

il n’était pas un loustic !

Une sauvageonne toute de rouge vêtue fait du stop sur un chemin glacé , éclairée d’une seule loupiote, porter un sac à dos rempli de victuailles à grand maman isolée dans une noire foret des Abruzzes. Une moto chevauchée par un grand loup désinvolte s’arrête, l’emporte à travers les bois enneigés.

 » Arrête toi grand fou, j’ai peur  » « Que nenni  !!! répond il , j’suis pas un louf,  j’suis réglos. Je sais où tu veux en venir …Pour venger ton aïeule tu vas me faire le coup du charme, te barrer sur ma moto, me dénoncer pour harcèlement … Je ne suis pas un marlou : ne cherche pas à louvoyer princesse des bois !

« Grand loup, tu as de si belles dents que je me fie à elles  »

 » Et toi de si beaux yeux si verts d’éternité qu’ils me rendent déjà heureux »

De papotages en papotages, de rigolades en rigolades, ils tombèrent en amour … la haine aberrante pour le grand méchant loup prit enfin fin, après leurs mises au monde de louzommes plus tolérants que les plus tolérants des hommes…

Vidéo

Et Brassens avec Hécatombe (1952) 😁

Au marché de Brive-la-Gaillarde,
à propos de bottes d’oignons,
quelques douzaines de gaillardes
Se crêpaient un jour le chignon.
A pied, à cheval, en voiture,
les gendarmes, mal inspirés,
vinrent tenter l’aventure
d’interrompre l’échauffourée.

Or, sous tous les cieux sans vergogne,
c’est un usage bien établi,
dès qu’il s’agit d’rosser les cognes
tout l’monde se réconcilie.
Ces furies perdant toute mesure,
se ruèrent sur les guignols,
et donnèrent, je vous l’assure,

un spectacle assez croquignole.

En voyant ces braves pandores
être à deux doigts de succomber,
Moi, je bichais, car je les adore
sous la forme de macchabées.
De la mansarde où je réside,
j’excitais les farouches bras
des mégères gendarmicides,
en criant: « Hip, hip, hip, hourra! »

Frénétique l’une d’elles attache
le vieux maréchal des logis,
et lui fait crier: « Mort aux vaches!
Mort aux lois! Vive l’anarchie! »
Une autre fourre avec rudesse
le crâne d’un de ces lourdauds
entre ses gigantesques fesses

qu’elle serre comme un étau.

La plus grasse de ces femelles,
ouvrant son corsage dilaté,
matraque à grands coups de mamelles
ceux qui passent à sa portée’.
Ils tombent, tombent, tombent, tombent,
et, selon les avis compétents,
il paraît que cette hécatombe
fut la plus belle de tous les temps.

jugeant enfin que leurs victimes
avaient eu leur content de gnons,
ces furies, comme outrage ultime,
en retournant à leurs oignons,
ces furies, à peine si j’ose
le dire, tellement c’est bas,
leur auraient même coupé les choses:

Par bonheur ils n’en avaient pas!
leur auraient même coupé les choses:
Par bonheur ils n’en avaient pas!