la vilaine tendre bestiole

Quand ils me voient, les grands cons me rient au nez, les garnements se fendent la poire. Tous ont tellement vu de faux monstres sur les écrans, qu’ils pensent que je suis déguisée, moi, qui suis pourtant une authentique erreur de la nature.

J’ai beau rouler des yeux terrifiants ( j’en ai un qui dit merde à l’autre) pousser des hurlements (d’une voix de crécelle), sortir mes dents pointues (cassées et cariées), des griffes (en plastique), je ne provoque que l’hilarité générale ! et puis, je suis ridiculement petite.

Mais pourquoi veux tu être si abominable ?

je suis trop bébête, trop bonne, alors on m’a sans cesse roulée comme un gnocco (clique) dans la farine. Pour ne plus pleurnicher sur mon sort, j’ai donc décidé de devenir plus méchante que tous ces cuistots d’opérette …Mais j’y arrive pas 😥, j’ai toujours mon innocent cœur d’enfant …

et la vie pourrait être si douce si personne ne le perdait !

Allez viens bestiole, je suis esthéticienne !

Hippie hippie hourrah !

Nous avons demandé à une association d’accueillir pour les grandes vacances un enfant, mais, y’a eu confusion sur l’age, elle nous a envoyé un grand gosse, qui a débarqué avec sa panoplie …de hippie 

De ses vêtements bariolés à sa guitare sèche, à la fleur  piquée dans sa tignasse, à son pendentif  » Peace and Love « , tout y était. D’un immense sourire, il nous a salués d’un « Too much les amis, trop cool ! Je vous aime. J’arrive de Woodstock  avec un stock de grass « . Puis il a chanté faux en grattant son instrument désaccordé.

ça a duré 2 mois, 2 mois de peace and love à gogo, 2 mois de baveuses embrassades moustachues, 2 mois de chansons fleuries d’amour, mais casse oreilles.

Converti, notre couple casanier s’est métamorphosé en un couple libéré de Babas cool voyageurs. Nous sommes partis, du soleil dans les yeux, des fleurs dans les cheveux, la musique au cœur, les doigts en V, en pèlerinage à Woodstock, San Francisco,  Katmandou et puis ailleurs encore, grace aux conseils de Topito. 

http://www.topito.com/top-destinations-hippies

Depuis on plane  😎

L’orgue de Barbarie « Prévert »

Moi je joue du piano disait l’un
Moi je joue du violon disait l’autre
Moi de la harpe, moi du banjo
Moi du violoncelle
Moi du biniou...Moi de la flûte
et Moi de la crécelle.
Et les uns les autres parlaient parlaient
parlaient de ce qu’ils jouaient.
On n’entendait pas la musique
tout le monde parlait parlait parlait
personne ne jouait

Mais dans un coin un homme se taisait:
« Et de quel instrument jouez-vous monsieur
qui vous taisez et qui ne dites rien? »
lui demandèrent les musiciens.

« Moi je joue de l’orgue de Barbarie
et je joue du couteau aussi »
dit l’homme qui jusqu’ici n’avait absolument rien dit
et puis il s’avança le couteau à la main
et il tua tous les musiciens
et il joua de l’orgue de Barbarie
et sa musique était si vraie, si vivante et si jolie
que la petite fille du maître de la maison
sortit de dessous le piano
où elle était couchée endormie par ennui
et elle dit:

« Moi je jouais au cerceau
à la balle au chasseur
je jouais à la marelle
je jouais avec un seau
je jouais avec une pelle
je jouais au papa et à la maman
je jouais à chat perché
je jouais avec mes poupées
je jouais avec une ombrelle
je jouais avec mon petit frère
avec ma petite sœur
je jouais au gendarme et au voleur
mais c’est fini fini fini
je veux jouer à l’assassin
je veux jouer de l’orgue de Barbarie. »

Et l’homme prit la petite fille par la main
et ils s’en allèrent dans les villes
dans les maisons dans les jardins
et puis ils tuèrent le plus de monde possible
après quoi ils se marièrent
et ils eurent beaucoup d’enfants.
Mais
l’aîné apprit le piano
le second le violon
le troisième la harpe
le quatrième la crécelle
le cinquième le violoncelle
et puis ils se mirent à parler parler
parler parler parler
on n’entendit plus la musique
et tout fut à recommencer

Bigoli in salsa « anchois »

Une recette traditionnelle Vénitienne, faut aimer les anchois, s’ils te déplaisent, remplace les par des sardines.

Pour 2 bons appétits :

Émince finement 3 oignons. pèse 250 ou 300 gr de bigolis ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Bigoli) ou de bons gros spaghettis normaux , mets l’eau sur le feu et prépare ta sauce.

Fais rissoler les oignons dans un peu d’huile d’olive à feu tout doux. Ajoute un peu d’eau de cuisson des pâtes. Dépose plusieurs anchois (nous les achetons en gros bocal sous huile d’olive ) dans la poêle, remue quelques minutes qu’ils fondent. ajoute du vin blanc, facultatif mais ça va très bien avec, parsème généreusement de persil avant de servir et d’un filet d’huile d’olive

Verse les spaghettis dans la poêle et régalez vous
Rajout de quelques olives, et pignons par un époux pas trop traditionnel mais goulu !
( un italien ne survit pas 3 jours sans sa dose de pâtes et d’huile d’olive )

l’arbre enchanteur 🌳

II  sourit et rit encore malgré son grand age, bien que depuis sa plus tendre enfance la  vie ne l’a pas épargné. Et, pourtant Il en a reçu des coups bas mais aussi des coups fulminants du tonnerre, des rudes et sévères, mais il aime trop son existence haute en couleurs et musique, toute en joies terrestres et célestes, pour se laisser abattre !

Mais, gare aux embûches frères ! chante t-il 

Résistons !!!

Vidéo

💖 un amour astronomique 🚀

When I saw you, you looked so surprised
And the oceans flowed through your blue-grey eyes
And I stood and gazed
Through hot summer days
So tell me how do you feel?
Well I dream of you the whole night through
And I don’t even shut my eyes
‘Cos what I see, it’s pure heaven to me
So tell me are you for real?
We could make love and live as one
And burn our fingers on the sun
But I have seen what love denies
I’ve drunk the teardrops from her eyes
We could make love and live as one
And burn our fingers on the sun
We could make love and live as one
And burn our fingers on the sun
So tell me how does it feel?
So tell me how does it feel?
So tell… 

Coups de coeur et de gueule d’une étrangère

Zinnia  l’ardente petite Mexicaine aime bien Haricot Beurre loin d’avoir inventé le fil à couper ce dernier, mais tendre à croquer.

A Zinnia plait aussi, le vieux de la vieille, Persil, qui de ses longs brins caressant gentiment sa tige lui enseigne de simples choses de la vie.

Zinnia ne pourrait plus se passer de sa super copine Blette ni de ses mignonnes blagounettes,  pas si bettes que ça.

Zinnia  raffole du parfum d’un suprême Basilic qui réchauffe ses nuits mélancoliques de suaves songes orientaux.

Quant aux raves parties nocturnes de Betterave elle s’en passerait volontiers, pourtant de jour Betterave est si douce qu’elle n’y voit pas rouge.

L’arrogant Navet se prenant pour un chef d’oeuvre en péril la déconcerte, mais, quand il mijotera dans le pot au feu il en reviendra.

Et  la délicieuse fleur de courgette, est autant de calins pour le petit potager, si hospitalier, même le poireau rébarbatif, toujours planté là à les zieuter de son regard de flic, en a les yeux bouleversés.

Zinnia, rayon de soleil expatrié, illumine le potager entier !