♪♫ The Slits♪♫

The Slits  est l’une des premières bandes de punkettes rock. Elles attaquent en 76 avec pour chanteuse Ari Up  qui n’a que 14 ans. Rebelles délurées aux textes contestataires, marrantes, avec une musique dansante, elles ne se croyaient pas sorties de la cuisse de Jupiter et décoiffaient autant en concert grossières crêtes , mohicans, iroquoises, spikes , et cranes rasés que leurs frérots Sex Pistols, Clash, ou Pop Group.


En vieillissant et avant le décès de Ari Up en 2010 elles se tourneront vers un plus cool reggae !

Le pet de travers de Dracula !

Dracula le cœur aussi dur qu’une vieille carne pour ses maitresses, lassé par ces coups faciles, par leurs cous qui n’offrent aucune résistance, envoie péter celles qui ce soir font la queue pour une succion. Leur tournant un dos dédaigneux il les refile contre quelques caillots à un subalterne trépignant d’impatience de profiter de ses soldes.

Fisher-les-maitresses-de-dracula-Dracula a en effet rencontré lors d’un festin rouge un loup garou pour lequel il a eu un coup de sang. Mordu pour lui, il l’espère cette nuit là de toute son âme. Les lamentations de ses ex l’exaspèrent tant qu’il leur ordonne de se taire sous peine de finir la carotide tranchée par sa chauve souris chauve souris deguisementgéante « Santiague« 

Dans un obéissant silence de mort, Santiague les survole, louchant sur ces repas désormais interdits. Arrive loup garou chéri que, lésée, la souris volante laisse en quelques secondes aussi sec qu’un jambon.

Dracula sentimental se pendra en sanglots aux cous d’ex sans qui sans pitié l’enverront s’empiffrer ailleurs…

Bobo ne sera pas encore mon hiver!

DSC025772Un regain de printemps, un bonheur de petits riens font un immense bien! que de plaisirs : le soleil brille enfin, les oiseaux chantent ♪♫à la bonne heure♪♫, les moutons sortis de leurs glauques bergeries bêlent à qui mieux mieux, les copains de palier rigolent, je fais un grand ménage de beau temps. Je nettoie de fond en comble notre vieille baraque, j’épure, je vire de merdiques antiquités, j’ai partagé avec un couteau mon énorme youka en deux dont l’une pour ma voisine, une amie m’a offert par surprise un beau miroir psyché, je vis comme d’hab en musique, je balade mes gambettes, je me sens aussi légère que la plume d’un poète!

Et malgré que je chôme et suis loin de me rouler sur des liasses, je suis bien dans ma tête de juliette pouet pouet, dans une cambrousse ennuyeuse, limite chiante, mais belle, hors de la foutue société de consommation d’un monde de ploucs aux cœurs  portefeuilles …

Quand Loulou prend une galette !

Charlotte la pâtissière traverse la forêt noire éclairée d’un croissant de lune lorsqu’un air d’opéra-bouffe d’un éclair la tire de sa rêverie. Passe la cantatrice, une religieuse avec accroché à sa longue tresse un  financier parti en brioche, mendiant ses incomparables pets de nonne achetés à Charlotte.

lg4ap8h2Charlotte accélère le pas afin de ne pas rater la navette pour rentrer chez elle quand loulou, un cake tire au flanc , de crêpe noire vêtu, surgit lui réclamant sa galette quotidienne. Charlotte surnommée par les Bavarois  » Belle Hélène », car prise pour une poire par Loulou la lui régale.  » Tu es un chou » dit t-il la croquant à pleine dents,  laissant avec les fèves, qui accidentellement la bondent, sa dentition. « Hou ! hou! quelle tuile«  hurle t-il !  » Tu ne m’as pas loupé espèce de gaufre« 

Grâce aux dents perdues du gourmand Loulou, Charlotte aura l’illumination et deviendra une célèbre Alsacienne: http://www.marmiton.org/recettes/recette_dents-de-loup-alsace_15656.aspx

Pas rancunière, elle régalera Loulou d’un râtelier !

♪♫ I put a spell on you ♪♫

« I put a spell on you »  composée par Screaming’ Jay Hawkins en 1956 est à l’origine une ballade rythm’n’ blues, mais selon la légende son créateur aussi ivre mort qu’un zombi lors d’un enregistrement, en a fait cette version rigolote…

Depuis il y a eu une ribambelle de « I put a spell on you ». En voici quelques unes, histoire d’essayer d’ensorceler quelques oreilles avec cette sombre histoire d’amour sans retour, mais aussi pour jeter un sort à la maudite pluie de novembre  aussi chagrine qu’un mal d’amour    o_O !

Cette  version de Marylin Manson, la plus noire, pour « lost highway »de David lynch

De putanesques pâtes !!!

Très loin d’être des nouilles, des Napolitaines aux cuisses légères, plus joliment écrit des dames avides de joie, auraient inventé la sauce « Alla puttanesca » à base de tomates sucrées, relevées d’ail, d’anchois, de câpres piquants, d’un hachis d’olives noires, arrosées d’un léger jet de piment, aspergées d’un poil d’origan, d’un sprout de persil,  sauce mijotée cuisine grande ouverte dans le but d’allécher les  passants en manque de chair, pour se rouler ensuite avec eux dans un digestif accouplement !

DSC025742Hier soir, j’ai rempli un cœur rouge de cette sauce d’amour que cuite et chaude j’ai déversé  sur des pâtes al dente, et après le repas tout a roulé …comme sur un tractopelle : mon rital m’a gratifiée d’abondants  » grazie mille  » en me bisant seulement le bout du nez  :mrgreen:

A savoir ce qu’il va « déguster » ce soir ?

Quand un clôt-porte prend la porte

Quand j’étais petiot j’étais dynamique mais j’ai fait grand le mauvais choix d’être concierge. Victime de sa mauvaise réputation, on m’a affublé du méprisant surnom de cloporte, moi qui fermais yeux et oreilles sur ce que je voyais et entendais, moi qui ne colportais aucun ragot. Et puis, j’en ai eu plein le dos d’ouvrir, de fermer à longueur de journées des battantes pour récolter des clopinettes. Et puis, j’ai commencé à clopiner sur mes jambes, elles sont tombées à force de courir de porte en porte,  pareil pour mes oreilles perdues et mes doigts écrasés par leurs claquements.

Que le diable les emporte !

Éclopé, j’ai picolé, clopé pour finalement prendre la porte, me retirer à l’ombre d’une forêt avec mon toutou.

39561_J_is_for_Jabba_by_joewightJe suis devenu ermite misanporte. Je médite afin que, peut être, s’ouvrent un jour devant moi d’autres portes : celles de la perception :roll:

Pour sourire

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bleu, blanc, vert

DSC02568Un ciel royal sur les crémeux monts blancs des vertes montagnes où les feuillus résistent encore aux petites gelées nocturnes. Un bleu, blanc, vert, aussi délicieux qu’un hors d’œuvre, un dessert maison, aussi doux qu’un sucré salé, un régal velouté à manger des yeux, sans modération, du lever du soleil à son coucher, avant que le sale temps ne le bouffe !

J’en pince pour toi !!!

Pas franchement frais comme un gardon, les yeux bordés d’anchois, assis sur un banc bondé d’un barbu sosie du capitaine Haddock, d’une perche aussi sèche qu’une limande, d’un maigre au visage taillé en lame couteau, d’une molle, j’attends l’ouverture de la poissonnerie, avide de mirer les beaux yeux en amande ainsi que le  superbe moule de celle pour qui j’ai le béguin.

Un colin arrosé de câlins, un poulpe pétri de tes mains, plus toi ô reine des sirènes que je réclame !

Be Chen 4Arrête ta langue, ouste! à l’ombre d’un bar étanche ta soif , rassasie ta faim de loup et attend moi marin d’eau douce répond Ambre chinoise. Je cajolerai aussi pour toi des noix de pétoncle  bulle t-elle, dans un froufrou d’algues parfumées d’elle.

Carpe Diem » me dis-je, l’eau à la bouche …Pourvu qu’elle ne me mène pas en bateau   :/