la mésange

Impossible de photographier ton mignon museau !

Malgré mes cuicuis amicaux,

tu me tournes le dos !

Désolée mais j’attends mon tourtereau, me pépie t’elle tout de go

en poussant sa chansonnette d’amour, toute en impatients trémolos…

Publicités

Comment rester debout dans la gadoue ?

Oui, comment continuer à avancer dans un monde merdique malgré mes Docs ?

c’est pas facile, et, plus je vieillis plus son pessimisme les englue.  Alors, pour ne pas m’enliser  dans la glauquitude, je combats mon coté sombre en vivant l’instant présent, sans me rabâcher les peurs d’un no future qui enlise  !

Et, puis un bon cirage aide et puis … j’égoisme et puis …et vous ?

Les lumières réunies de tous les esprits positifs feraient peut être tourner le monde plus rond !!!

GØDLAND

Mais un monde installé dans une béatitude imbécile ne créerait plus ces musiques désenchantées, ces brillants et ténébreux  romans , poèmes , films, dessins,  criants  de noirceur !

.

Alors vive les cotés sombres de la vie ( avec des limites) avec ses affreux, sales et méchants  ( clic) !

The Fugs

Un groupe de rock underground, très satirique, mais drôle, formé en 65 par 2 poètes américains pacifistes, écologistes, anarchistes , Ed Sanders et Tuli Kupferberg, son nom  Fugs vient de fuck utilisé par Norman Mailer  en 48 dans  son roman, pas drôle du tout :  Les nus et les morts ,

Les Fugs  militent contre toutes les guerres des états unis. Leurs paroles divergentes sur la politique, le sexe, le haschisch, même si humoristiques, fâchent fort . En 67, ils participent à la  manifestation du Pentagone

En 94, un nouveau Woodstock plus commercial que celui de 69 a lieu. Ils organisent le leur sous le nom de The Real Woodstock Festival

en 2017 ils continuent la lutte et exorcisent la Maison Blanche 😀

ils m’attendaient au tournant !

Partie pour un petit tour sur mon chemin préféré, le nez au vent, je suis arrêtée dans mon élan, à environ 1 km, par deux clébards de belle taille.  Surgis dans un virage, ils aboient très fort, assez pour m’effrayer, stoppent net à 2 mètres de moi.

Je n’en mène pas large. Je rebrousse chemin sans les affronter ni du regard, ni avec des insultes ( je n’en ai pas le courage 😮 ) c’est le meilleur moyen,  conseille t-on , d’éviter d’être mordu par un Patou … ça fonctionne.

Premièrement le troupeau était hors de ma vue, deuxièmement je n’ai pas la gueule d’un loup.  Alors nom d’un toutou !  Les temps sont fous, les gens sont fous, les chiens sont fous…

Lot de consolation: en rentrant j’ai vu  le beau Narcisse se mirer dans le torrent.

petites douceurs du jour

Même en scrutant, armée de mes 4 yeux, les chemins, les champs, et tous les alentours, je n’ai vu ces derniers jours que quelques pissenlits maigrichons, malmenés par la récente chute de neige , ainsi que de rarissimes fleurettes rescapées du coup de froid …

Une violette solitaire, 2  boutons d’or  sous une grosse pierre  Une tulipe ? résistante cernée de ronces

Et, dire que demain arrivent les vacanciers de mon cœur qui, pendant 2 semaines, vont se faire un bonheur de cueillir  les nouvelles nées… 😠

petite horreur du jour !

Hilare à l’idée de se remplir  la tige de steaks bleus de mouches noires, de cranes craquants de moustiques écervelés, de gluantes limaces fondantes sous sa langue, une magnifique fleur toute en bouche rit à gorge déployée devant l’abondant casse croûte que le vent souffle. Nul souci à se faire pour son repas d’aujourd’hui ni pour ceux des jours prochains !

Mais, le sirocco transporte des milliers de sauterelles, elles aussi affamées, qui ne feront qu’une bouchée de la belle.

Effeuillée par de dévorants bouche-à-bouche , une boucherie, il ne restera de sa gloire qu’une mâchoire claquante .

Elle n’aura, pauvre diablesse, ni fleurs ni couronnes …

on gaze même les oiseaux …

J’ai remarqué depuis quelques années déjà que les papillons fleurissaient de moins en moins en montagne et aujourd’hui ce sont les oiseaux que je vois et que j’entends moins ! mais, nous pouvons encore savourer les cui-cui des piafs enchanteurs de printemps… alors, profitons en , et faisons les écouter aux enfants, car oisillons  comme papillons sont en irrémédiable voie de disparition, si rien ne change …

c’est infiniment triste et je ne crois pas dramatiser…

Espérons qu’ils s’envolent bien loin  à l’abri dans des lieux où ils survivront sans se faire plumer. Mais existe t’il encore un paradis sur terre sur lequel même l’innocent qui ne demande qu’à vivre en paix n’est pas persécuté ?

Disco thème : t’aime ou pas ?

Le Disco apparaît au début des 70 aux états unis. Joué et écouté par des Afro-américains il se propage grâce aux Night Clubs, comme le Studio 54 de New York,  mais aussi grâce à la libération grandissante des femmes, à celle plus malingre des homosexuels, à celle des moeurs.

En 1975 il devient populaire outre atlantique avec des groupes et chanteurs noirs : Donna Summer, Gloria Gaynor,  Chic, Barry White …

et par la suite avec des blancs, les Bee Gees, Cerrone, Patrick Hernandez avec « Born to be Alive » Abba, des sangs mêlés » Village People » , KC & The Sunshine Band …

Mais après « Saturday Night Fever », chanteurs discos à la pelle avec paillettes lassent, s’ensuit un combat entre Disco et Rock. Une radio de Chicago organise en 79 une soirée  « The Disco Demolition Night » où seront détruits des tas de vinyles par  pure bêtise ou bien racisme et  homophobie ?

Et le Disco coulera …