Vidéo

Un vieux reportage bien intĂ©ressant đŸ˜‰

DĂ©finition du racisme par Larousse :

1.IdĂ©ologie fondĂ©e sur la croyance qu’il existe une hiĂ©rarchie entre les groupes humains, autrefois appelĂ©s « races » ; comportement inspirĂ© par cette idĂ©ologie.

2. FigurĂ©, par exagĂ©ration. Attitude d’hostilitĂ© systĂ©matique Ă  l’Ă©gard d’une catĂ©gorie dĂ©terminĂ©e de personnes : Racisme anti-jeunes…

Publicité

14 réflexions sur “Un vieux reportage bien intĂ©ressant đŸ˜‰

  1. GlobRocker dit :

    Et ce sont eux qui nous gouvernent
 Edifiant Ă©galement ce besoin de ressembler aux autres.

  2. Pour la petite histoire… quand j’ai Ă©tĂ© en Ăąge d’aller Ă  l’Ă©cole, on n’a pas voulu de moi Ă  l’Ă©cole publique parce que mon pĂšre Ă©tait polonais, j’ai dĂ» aller Ă  l’Ă©cole religieuse ! J’adorais que la sƓur enseignante me prenne sur ses genoux pour me faire lire et ça m’a manquĂ© quand on a dĂ©mĂ©nagĂ© et que j’ai rejoint l’enseignement public… 😉
    Ensuite j’ai toujours jouĂ© de mes origines et cultivĂ© ma diffĂ©rence. On m’a mĂȘme dit une fois (dans mon boulot) que je parlais bien le français… j’ai rĂ©pondu Ă  cette brave dame bien sous tous rapports que cela me semblait normal vu que j’Ă©tais nĂ©e en France et que dans le cas contraire l’Education Nationale n’aurait pas bien fait son travail !

    • Bien rĂ©pondu 😉
      Mon mari Italien arrivĂ© en France il y a une bonne trentaine d’annĂ©es ( pourtant mariĂ© avec Bibi, travailleur, qui parle trĂšs bien notre langue ) se fait encore quelquefois traitĂ© de rital et au dĂ©but je ne te dis pas …

      • Chez nous on ne parlait que français, la langue paternelle je ne l’entendais qu’une fois par an quand nous allions (passer, au mieux, quelques jours) chez ma marraine, alors si j’aime sa musique je ne comprends pas grand chose et l’interdit de l’enfance me bloque toujours pour dire le peu que j’ai essayĂ© d’apprendre depuis que j’y suis allĂ©e en 2006. Et aprĂšs 3 voyages, je sais que je ne pourrais pas y vivre, ma Pologne est idĂ©alisĂ©e, elle date de l’expĂ©rience d’une gĂ©nĂ©ration avant moi et ne tient pas compte de tout ce qui s’y est passĂ© depuis que mon pĂšre a Ă©tĂ© raflĂ© dans la rue pendant la guerre… et puis j’aime trop le fromage qui pue ! 😉

  3. Il m’est arrivĂ© d’ĂȘtre confrontĂ©e au racisme anti-blancs dans un pays « noir ». J’en ai ressenti une grande injustice et de l’incomprĂ©hension. Quelqu’un m’a dit : c’est normal avec tout ce que les blancs leur ont fait subir…
    Pendant la seconde guerre mondiale, les rĂ©fugiĂ©s français nordiques qui arrivaient dans le sud de notre pays se faisaient traiter de « boches du nord ».
    Quand j’Ă©tais mĂŽme, on m’a traitĂ©e de bĂątarde.
    Le racisme est partout, de tous les temps, hélas.
    Allez, haut les coeurs ! Belle journĂ©e Juliette, bees 🙂

    • Merci Martine et oui les gens bĂȘtes et mĂ©chants sĂ©vissent partout , la dĂ©sinformation, l’ignorance et les colonisations n’ont pas arrangĂ© les choses …🐝🐝🐝

  4. Il faudrait refaire les mĂȘmes interviews-tests aujourd’hui pour voir si les mentalitĂ©s ont Ă©voluĂ© ou non en 60 ans.
    Bisous Juliette.
    Bon aprĂšs-midi,
    Mo

Les commentaires sont fermés.