En passant

Charles Bukowski « Blue Bird »

Charles Bukowski (1920-1994) Last Night of the Earth Poems(1992)

(Je n’ai pas trouvé ce poème lu par lui même sans musique🤨 )

.

Il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir mais je suis trop coriace pour lui, je lui dis, reste là, je ne veux pas qu’on te voie.

Il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir mais je verse du whisky dessus et inhale une bouffée de cigarette et les tapins et les barmen et les employés d’épicerie ne savent pas qu’il est là.

Il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir mais je suis trop coriace pour lui, je lui dis, tiens-toi tranquille, tu veux me fourrer dans le pétrin ?
Tu veux foutre en l’air mon boulot ?
Tu veux faire chuter les ventes de mes livres en Europe ?

Il y a dans mon cœur un oiseau bleu qui veut sortir mais je suis trop malin, je ne le laisse sortir que de temps en temps la nuit quand tout le monde dort.
Je lui dis, je sais que tu es là, alors ne sois pas triste.

Puis je le remets, mais il chante un peu là-dedans, je ne le laisse pas tout à fait mourir.
Et on dort ensemble comme ça liés par notre pacte secret et c’est assez beau pour faire pleurer un homme, mais je ne pleure pas, et vous ?

13 réflexions sur “Charles Bukowski « Blue Bird »

  1. Oui , je l’ai découvert ce matin , et sa voix aussi est magnifique !
    Ah ! décidément j’aime Bukowski …
    Bees du jour Martine !

    • Ses dernières paroles dans  » Lazarus » ?
      cette vidéo est bouleversante …c’est seulement la seconde fois que je la regarde depuis sa mort …

      Look up here, I’m in heaven
      I’ve got scars that can’t be seen
      I’ve got drama, can’t be stolen
      Everybody knows me now
      Look up here, man, I’m in danger
      I’ve got nothing left to lose
      I’m so high it makes my brain whirl
      Dropped my cell phone down below
      Ain’t that just like me?
      By the time I got to New York
      I was living like a king
      There I’d used up all my money
      I was looking for your ass
      This way or no way
      You know, I’ll be free
      Just like that bluebird
      Now, ain’t that just like me?
      Oh, I’ll be free
      Just like that bluebird
      Oh, I’ll be free
      Ain’t that just like me?

  2. Malheureusement , il me semble me rappeler une émission avec Bernard Pivot où ce pauvre homme n’était plus que l’ombre de lui -même. L’alcool a fait beaucoup de dégâts et ce soir -là, je n’ai pas aperçu l’homme qui cachait un oiseau bleu au fond de son coeur et je n’ai pas eu envie d’en apprendre plus sur lui . Dommage qui va être réparé grâce à ton article . Je vais me renseigner un peu plus sur cet auteur. Bizzz

  3. LoLo dit :

    très beau, belle métaphore. J’espère que ce n’est pas notre oiseau bleu qui est sorti de nous et qui reste accroché à nos oreilles devant notre visage…

Les commentaires sont fermés.