un effet bœuf

Il est descendu tout schuss via la grande ourse.  Il a commandé, sans kalachnikov, un bœuf Stroganov.

F Brambilla

Franco Brambilla

Le snack n’avait pas assez de barbaque. Il a glissé jusqu’au Mac Do qui l’a dépanné d’un container de hamburgers lyophilisés périmés. Il les a avalés. Il a pété un câble. Ses antennes ont appelé à la rescousse. Un ratrack l’a poussé jusqu’à la casse. Il a dormi comme une masse. Le matin il s’est trainé jusqu’à une table d’hôtes. Il y a réclamé du bœuf à la mode. On le lui a servi, accompagné d’herbes locales. Ses batteries rechargées, il est reparti, se taper un bœuf avec ses potes métalliques.

Représentant du guide des restaurants pour voyageurs intergalactiques, il a envoyé une myriade d’étoiles au restaurateur salvateur…

Moralité, ne restons jamais d’acier devant un étranger 😎

12 réflexions sur “un effet bœuf

  1. On se demande où tu vas chercher tout ça . Tu as une muse intergalactique ? bizzz électriques ( c’est pour la rime 😉 )

    • 😊 c’est la photo montage de l’illustrateur Franco Brambilla qui m’a inspirée Pat , j’aime beaucoup ses créations !
      Bise

  2. J’ai vu Kraftwerk le 09-11-2015 à la cité des congrès de Nantes. Il y avait Jean-Marc Ayrault devant moi, mais il ne m’a pas reconnu. :/

  3. Cette chanson leur sert d’entracte sur scène. Pendant que les robots assurent le show, ils changent de tenues et reviennent à la fin.

  4. Bonjour chère Juliette,
    Ah tes petits contes déjantés que j’adore! Un des meilleurs!
    Elle est rigolote la musique robotique…
    Bisous et bonne journée,
    Mo

Les commentaires sont fermés.