En passant

Pauvre petit garçon de Dino Buzzati

Comme d’habitude, Mme Klara emmena son petit garçon, cinq ans, au jardin public, au bord du fleuve. Il était environ trois heures. La saison n’était ni belle ni mauvaise, le soleil jouait à cache-cache et le vent soufflait de temps à autre, porté par le fleuve.
On ne pouvait pas dire non plus de cet entant qu’il était beau, au contraire, il était plutôt pitoyable même, maigrichon, souffreteux, blafard, presque vert, au point que ses camarades de jeu, pour se moquer de lui, l’appelaient Laitue.

Mais d’habitude les enfants au teint pâle ont en compensation d’immenses yeux noirs qui illuminent leur visage exsangue et lui donnent une expression pathétique. Ce n’était pas le cas de Dolfi ; il avait de petits yeux insignifiants qui vous regardaient sans aucune personnalité .

Ce jour-là, le bambin surnommé Laitue avait un fusil tout neuf qui tirait même de petites cartouches, inoffensives bien sûr, mais c’était quand même un fusil ! Il ne se mit pas à jouer avec les autres enfants car d’ordinaire ils le tracassaient, alors il préférait rester tout seul dans son coin, même sans jouer. Parce que les animaux qui. ignorent la souffrance de la solitude sont capables de s’amuser tout seuls, mais l’homme au contraire n’y arrive pas et s’il tente de le faire, bien vite une angoisse encore plus forte s’empare de lui.

Pourtant quand les autres gamins passaient devant lui, Dolfi épaulait son fusil et faisait semblant de tirer, mais sans animosité, c’était plutôt une invitation, comme s’il avait voulu leur dire : Tiens, tu vois, moi aussi aujourd’hui j’ai un fusil. Pourquoi est-ce que vous ne me demandez pas de jouer avec vous ?  Les autres enfants éparpillés dans l’allée remarquèrent bien le nouveau fusil de Dolfi. C’était un jouet de quatre sous mais il était flambant neuf et puis il était différent des leurs et cela suffisait pour susciter leur curiosité et leur envie.

L’un d’eux dit :  Hé ! vous autres ! vous avez vu la Laitue, le fusil qu’il a aujourd’hui ? 
Un autre dit :  La Laitue a apporté son fusil seulement pour nous le faire voir et nous faire bisquer mais il ne jouera pas avec nous. D’ailleurs il ne sait même pas jouer tout seul. La Laitue est un cochon. Et puis son fusil, c’est de la camelote ! .
« Il ne joue pas parce qu’il a peur de nous », dit un troisième.
Et celui qui avait parlé avant :  Peut-être, mais n’empêche que c’est un dégoûtant ! 
Mme Klara était assise sur un banc, occupée à tricoter, et le soleil la nimbait d’un halo.
Son petit garçon était assis, bêtement désœuvré, à côté d’elle, il n’osait pas se risquer dans l’allée avec son fusil et il le manipulait avec maladresse.
Il était environ trois heures et dans les arbres de nombreux oiseaux inconnus faisaient un tapage invraisemblable, signe peut-être que le crépuscule approchait. ·
 Allons, Dolfi, va jouer, l’encourageait Mme Klara, sans lever les yeux de son travail.
 Jouer avec qui ?
 Mais avec les autres petits garçons, voyons ! vous êtes tous amis, non ?
 Non, on n’est pas amis, disait Dolfi. Quand je vais jouer ils se moquent de moi.
Tu dis cela parce qu’ils t’appellent Laitue ?
 Je veux pas qu’ils m’appellent Laitue !
 Pourtant moi je trouve que c’est un joli nom. A ta place, je ne me fâcherais pas pour si peu. »  Mais lui, obstiné : « Je veux pas qu’on m’appelle Laitue ! 

Les autres enfants jouaient habituellement à la guerre et ce jour-là aussi. Dolfi avait tenté une fois de se joindre à eux, mais aussitôt ils l’avaient appelé Laitue et s’étaient mis à rire. Ils étaient presque tous blonds, lui au contraire était brun, avec une petite mèche qui lui retombait sur le front en virgule. Les autres avaient de bonnes grosses jambes, lui au contraire avait de vraies flûtes maigres et grêles. Les autres couraient et sautaient comme des lapins, lui, avec sa meilleure volonté, ne réussissait pas à les suivre. Ils avaient des fusils, des sabres, des frondes, des arcs, des sarbacanes, des casques. Le fils de l’ingénieur Weiss avait même une cuirasse brillante comme celle des hussards. Les autres, qui avaient pourtant le même âge que lui, connaissaient une quantité de gros mots très énergiques et il n’osait pas les répéter. Ils étaient forts et lui si faible.

Mais cette fois lui aussi était venu avec un fusil …

La suite ici  😉

Cliquer pour accéder à PAUVRE-PETIT-GARÇON1.pdf

5 réflexions sur “Pauvre petit garçon de Dino Buzzati

  1. C’est une excellente histoire, Juliette. Je ne la connaissais pas ou alors je l’avais lue il y a très longtemps parce que je me doutais un peu de la chute.
    Gros bisous Juliette,
    Mo

Les commentaires sont fermés.