Quand un coiffeur décoiffe !

Il vient de s’installer dans le coin. Il parait que ses coiffures sont du dernier cri, qu’il a des ciseaux de fée, des doigts de fer dans une main de velours. Je me fais pourtant quelques cheveux blancs en entrant dans son salon car il n’y a ni les 3 pelés et 1 tondu espérés, pas même de boules à zéro, ni aucune coupe qui n’a pas eu de bol. Une clientèle inexistante, qui au moins ne se crêpera pas le chignon. Mais, les clic-clac incessants de ses cisailles ne sont pas pour me rassurer.

Mes cheveux dressés sur ma tête , il ne me ratera pas ! en deux temps, trois mouvements il me règle mon affaire.

Ouf, je m’en tire bien, avec un carré digne de celui de la divine Cléopâtre.

1963, CLEOPATRA

J’ai gagné mon pari avec le village froussard et retrouvé du poil de la bête avec mon porte monnaie garni de pépètes

Publicités

14 réflexions sur “Quand un coiffeur décoiffe !

  1. Son salon va se remplir et on va y causer et lire et rire et attendre sera un plaisir ! Vivent les doigts d’or du coiffeur et de la coiffeuse, avec et sans ciseaux. Bises, Juliette.

Les commentaires sont fermés.