Un sauvageon qui se la pète

DSCN0111Sur un petit chemin, au pied de mon arbre, je vis heureux, en excellente compagnie avec moi même ! les regards des quelques passants me câlinent, une illuminée m’a même photographié en me cajolant de mots doux. C’est certain, les relents des voitures, les pipis de chiens enveniment mon cœur et raccourcissent mon existence. Mais je ne l’échangerais pour rien au monde contre une vie en pot, quitte à mourir…en beauté. Narcisse je suis né, narcissique je demeurerais , ô yeah !

Publicités

14 réflexions sur “Un sauvageon qui se la pète

  1. lenine dit :

    Elle est vraiment contente d’elle cette narcisse! J’en suis heureux pour elle. Mais cela n’empêche pas que ce n’est même pas elle qui choisit ou mettre son cu; /

  2. lenine dit :

    Toi, je ne sais pas!!! Mais moi je ne peux pas être narcisse. Les taupes débiles me boufferaient!

  3. lenine dit :

    Narcisse! Mais elle ne s’est pas regardée. Elle est vraiment moins belle que bien des fleurs. Heureusement qu’elle est bien seule et sans repère ni comparaison!

  4. Là elle puise sa sève de toute la terre; en pot, elle serait empoisonnée par les engrais, dans une minuscule motte de terre.

    • nous ne mettons plus d’engrais chimiques ni dans le potager ni même dans les pots de fleurs, depuis Tchernobyl, Pascal …

Les commentaires sont fermés.