L’heure H

Sous un soleil qui cravache il enfourche sa Norton que furieux mais surtout malheureux il démarre sauvagement.
L' heure H
 Il pense à elle, elle qui va le quitter après toutes ces années, tant et tant d’années passées à s’aimer.  Chienne de vie ! hurle t-il se grisant de vitesse pour se vider la tête, s’empêcher encore et encore de pleurer. C’est son heure, il l’a décidé l’heure H est arrivée. Et maintenant je m’arrache ! hurle t-il encore. 
 Soudain sur la ligne droite, à quelques mètres, une biche traverse. Le choc va leur être fatal. Il freine de toutes ses forces, évite de justesse la jolie bête innocente qui, clouée de peur, de ses grands yeux émus le remercie.
 Même lorsqu’on croit avoir atteint le fond, il y reste toujours en nous une lueur d’espoir qu’une simple étincelle peut aviver.
Publicités

15 réflexions sur “L’heure H

  1. Woui , je suis tout à fait d’accord . Tant qu’il y a de la vie , il ne faut pas lâcher la rampe , on a souvent de belles surprises. Bizzzz

  2. Alors si je te suis bien….nous les dames, quand on perd un homme, il nous faut croiser un cerf pour rebondir ….

    ça va pas être facile….
    un cerf, moi je n’en ai jamais vraiment vu en liberté…..

    allons, voilà que je complique tout..

    Ceci dit, j’aime bien la note positive de la fin, je cause pour causer….
    Bonne fin de soirée Juliette

    • dans ma vallée sauvage il y’a des cerfs, des biches en liberté Marie qui traversent quelquefois la route devant nous mais aussi des loups, des sangliers, des hérissons, des marmottes, des escargots …et même des humains 😀

  3. Et l’espoir est toujours permis…
    Du coup je pense à ces mots de Camus :  » au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été… »
    Bisoussss Juliette

    • j’ai trouvé ça sur Camus Myo : il aborde dans Le mythe de Sisyphe, l’idée de suicide. « Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : le suicide ». Il tente de montrer « la mesure exacte dans laquelle le suicide est une solution à l’absurde ». Cependant, même si le suicide est une manière de résoudre l’absurde, Camus le rejette car il ne faut pas résoudre l’absurde mais l’affronter, par la révolte !

      Bisous miss et merci de m’avoir fait m’informer sur Camus dont j’ai seulement lu l’étranger et la peste !

  4. nostradamus dit :

    Oui, c’est important de s’inspirer d’un philosophe (comme Camus ) pour mener un combat, une action, une bataille…les écrivains, les philosophes… sont les guerriers que ce soit pour combattre le suicide ou les idéologies nocives. Nous avons eu Camu. Nous avons aujourd’hui BHL ou Bourdieu..Ces généraux pour vaincre dans les plus grandes causes.

  5. Parce que c’est une moto la Norton, ou j’ai mal compris?
    Je ne connaissais sous ce nom que l’ancêtre des anti-virus…
    .

    .
    Allons bon… Voilà que l’image qui m’est tombée dessus depuis Gogol ne correspond ni à l’un ni à l’autre…
    Pfff…

Les commentaires sont fermés.