Quand je colère et râle dans ma campagne

mon patelin

mon patelin montagnard sans neige

Mieux vaut faire 6 km à pattes à travers des chemins printaniers pour aller mettre sans aucune conviction un bulletin dans une urne bidon ce dimanche que de se coltiner des embouteillages pour le faire. Et vu qu’il n’y avait dans le Paca que 2 candidats de mon dernier choix en lutte pour gloire et pouvoir, j’ai eu la foi ou plutôt la peur au ventre, et j’y suis allée. Dégoûtée, mais la conscience obligée de poser mon petit grain de sel dans tout ce merdier je l’ai posé … Et j’ai choisi Estrosi  (le capricieux en Italien). Je sais, c’est un vote lamentable, mais moins pire que celui d’une mariole Marion qui inonderait sans nulle peine la région de haine.

Jusqu’où veulent ils en arriver ? à nous faire nous battre les uns contre les autres ?  penseront ils un jour à distribuer gratuitement un peu de bonheur et non plus uniquement et seulement à penser à leurs petites et grandes gueules ?  et, si personne ne votait plus hein ?

Publicités

21 réflexions sur “Quand je colère et râle dans ma campagne

  1. Tuxnux dit :

    C’est parce qu’il est trop zizi?
    Tu votes pour Lui
    Moi c’est du pareil à la mémé…
    oui je dis bien, elle est si jeune la mémé que je n’ai pas pu lui glisser mon bulletin coquin dans la fente…..
    j’ai beau eu ruser je l’eu kraine bien comme il faut…
    Bise dans ton urne 😉

  2. T’as raison Juju, et si personne ne se rendait aux urnes.. là ce serait un réel désavoeu contre tous ces non-représentants du peuple ! Mais pour cela, faudrait une vraie unité dans la révolte.. Bises

    • faudrait qu’on ne soit plus des moutons qui obéissent aux ordres de leurs « maitres » ça risque de prendre un certain très long temps d’apprentissage …à la désobéissance
      bisou ma belle 🙂

    • ça a réussi 😉 ils sont virés de partout! mais bon méfions nous encore et encore de cette famille de peine ! elle est sinistre de sinistre ….Bisou Pat

  3. Chez moi aussi on a évité le bleu -marine , mais il va falloir qu’ils se bougent un peu pour changer les choses , les élus.

  4. Jean dit :

    Ouf, on a eu chaud. En nous mettons tous ensemble nous allons pouvoir maintenir notre situation. Et il faut bien l’admettre notre situation individuelle est quand même assez confortable. Moi comme jeune artiste je me débrouille bien en faisant ce que j’aime avant tout.

  5. Faudrait trouver un truc pour les envoyer tous à Pôle Emploi , trouver des gens irréprochables et désintéressés à leur substituer , des incorruptibles qui se contenteraient d’ un salaire honnête et mérité , des personnes ayant du cœur , de la clairvoyance pour débusquer les inévitables profiteurs …
    Comment çà j’ utopise ???
    Bisous Juliette des cimes !

  6. On se plaint avec la tata, mais la nièce est pire !!! Et elle n’a que 26 ans ! Autant dire qu’elle nous cassera les couilles au moins jusqu’en 2050 !
    Pfff… Quelle pitoyable déchéance si un jour la France sombre dans les griffes du FN…
    Comment des gens aussi cyniques, aussi haineux, aussi manipulateurs peuvent séduire des électeurs ? C’est à croire que les gens sont cons ! Eh oh, les mecs, vous avez arrêté l’école au CP ? La montée du fascisme dans l’entre-deux-guerres, ça vous parle pas trop on dirait… Oui bon je dramatise, je brandis des épouvantables épouvantails… Mais c’est de la même graine faut pas se leurrer ! La même rhétorique, les mêmes arguments… Et au final le même désastre si on a l’impudence de les placer au pouvoir !

    • très bien dit 😉 seulement ce n’est pas à croire que beaucoup de gens sont cons, c’est qu’ils le sont vraiment, et racistes avec, ce qui ne gâche rien à leurs beaux portraits …

      • Cons et racistes… Tout pour plaire !!!
        Le racisme c’est avant tout une preuve éclatante d’inculture.
        Un con est raciste parce qu’il est con, ou un raciste est con parce qu’il est raciste ? Les deux mon capitaine ?

  7. Julien dit :

    mycqd président!!! Tu as tellement de classe et de style qu’on t’aime. Tu es un repoussoir qui rend suicidaires le pire des FN.

    • Merci, merci… J’accepte les chèques et le cash (ça y est je vais entrer en politique, il me faut financer ma campagne électorale de 2017).
      Blague à part, je ne suis rien de tout ça… J’exprime une opinion qui, je l’espère, ne sera jamais minoritaire ! Sinon, gare à nos miches !

  8. julien dit :

    @magycqd, Oui, tu es un champion. Tu as tellement de finesse que tu comprends toujours tout. Même le foutage de gueule. Tu ne seras jamais minoritaire. Comme l’avait dit le Grand Charles en parlant de « vaste programme ».

    • Le Grand sage Baudelaire 🙂

      Les fleurs du mal : Le crépuscule du soir

      Voici le soir charmant, ami du criminel
      Il vient comme un complice, à pas de loup, le ciel
      Se ferme lentement comme une grande alcôve
      Et l’homme impatient se change en bête fauve.

      Ô soir, aimable soir, désiré par celui
      Dont les bras, sans mentir, peuvent dire : Aujourd’hui
      Nous avons travaillé ! – C’est le soir qui soulage
      Les esprits que dévore une douleur sauvage,
      Le savant obstiné dont le front s’alourdit,
      Et l’ouvrier courbé qui regagne son lit.
      Cependant des démons malsains dans l’atmosphère
      S’éveillent lourdement, comme des gens d’affaire,
      Et cognent en volant les volets et l’auvent.
      A travers les lueurs que tourmente le vent
      La Prostitution s’allume dans les rues ;
      Comme une fourmilière elle ouvre ses issues ;
      Partout elle se fraye un occulte chemin,
      Ainsi que l’ennemi qui tente un coup de main ;
      Elle remue au sein de la cité de fange
      Comme un ver qui dérobe à l’homme ce qu’il mange.
      On entend çà et là les cuisines siffler,
      Les théâtres glapir, les orchestres ronfler ;
      Les tables d’hôte, dont le jeu fait les délices,
      S’emplissent de catins et d’escrocs, leurs complices,
      Et les voleurs, qui n’ont ni trêve ni merci,
      Vont bientôt commencer leur travail, eux aussi,
      Et forcer doucement les portes et les caisses
      Pour vivre quelques jours et vêtir leurs maîtresses.

      Recueille-toi, mon âme, en ce grave moment,
      Et ferme ton oreille à ce rugissement.
      C’est l’heure où les douleurs des malades s’aigrissent !
      La sombre Nuit les prend à la gorge ; ils finissent
      Leur destinée et vont vers le gouffre commun ;
      L’hôpital se remplit de leurs soupirs. – Plus d’un
      Ne viendra plus chercher la soupe parfumée,
      Au coin du feu, le soir, auprès d’une âme aimée.

      Encore la plupart n’ont-ils jamais connu
      La douceur du foyer et n’ont jamais vécu !

  9. julien dit :

    J »adore ce grand sage Baudelaire. Un artiste, un poete. Il rejetait la démocratie, les lumières, le suffrage universel, la voix du peuple, la révolution etc….

    Je l,adore, c’est mon modéle, je suis comme lui. Je veux faire ce que JE veux. MOI, c’est la seule chose importante. C’est dommage que je n’ai pas sa célébrité. Je pourrais gagner plus d’argent.

    Je me demande pour qui il aurait voté.

Les commentaires sont fermés.