Rêve d’un jour, rêve d’un toujours

Cet harmonieux morceau d’amour de 69 avec violon, flûte …et paroles si mélos a flotté ce matin dans ma tête. Va savoir pourquoi ? je ne l’ai pas écouté depuis des dizaines d’années. Alors pour me fouetter les méninges, je suis partie faire un petit tour dans la nature, étonnée de ce printemps qui n’en finit plus, de ce bleu du ciel si pur, habillée de pensées moite-moite noires roses bonbons, avec pendu au cou mon troisième œil espérant surprendre quelques bestioles. Mais elles ont échappé à sa vue.

Je me suis rabattue sur un petit nuage effiloché qui passait dans le coin.

DSCN0012

Et j’ai compris le pourquoi de la mélancolie qui triturait ma cervelle d’oiseau rêveur en le visionnant sur l’ordi : à l’extrême droite de ce stratus il y a une parabole qui gâche la beauté de l’espace …

Pourvu qu’elle n’y apporte pas dimanche de noirs cumulonimbus …

Advertisements

18 réflexions sur “Rêve d’un jour, rêve d’un toujours

Les commentaires sont fermés.