Je veux pas apprendre à tuer, je veux apprendre à aimer !!!

dessin-pour-la-paix1

http://www.lemonde.fr/education/article/2015/10/15/en-moselle-des-enfants-testent-des-fusils-d-assaut-dans-leur-ecole_4790463_1473685.html

Affligeant, flinguant, tuant, lamentable

Des gosses qui avant de savoir aimer sauront tuer

Des bouts de chou auxquels l’on veut enseigner la haine

Même le père noël corrompu leur offre souvent des armes

Logique que certains deviennent de mauvaises graines

Avec des enseignements  incapables

De leurs transmettent les vraies valeurs de l’existence

Nous sommes tous coupables ! 

Rien n’a changé de Donovan à Nine Inch Nails,  pacifistes guerriers révoltés de la paix … nos guerres se font maintenant à coups de frappes aériennes dans les pays lointains bienveillamment appauvris par nos soins. Veulent ils susciter des vocations pour une fort possible,  troisième guerre mondiale ?

Publicités

24 réflexions sur “Je veux pas apprendre à tuer, je veux apprendre à aimer !!!

  1. Tuxnux dit :

    La fascination de larmes, la fascisation des âmes……
    Tu as bien fait de faire ce billet sur la pédago façon kalachnikov pour des vocations extrêmes….
    Bien loin de la paix et de l’amour du prochain

    • Bien dit Tux ! ils veulent susciter des vocations pour une éventuelle et fort possible, dans les prochaines décennies, troisième guerre mondiale. je vais rajouter ça à mon texte tiens … Qu’est ce que je deviens noire !

    • Ah bon , même pas à la télé ? nous n’en avons plus et ne nous informons que via Internet ! je pense que certains vont encore en parler, c’est grave !

      • Idem, je ne lis même plus la presse locale. Avec le web, on a accès à des données sourcées qui nous font entrevoir une autre réalité et surtout réfléchir sur le pourquoi des exagérations médiatiques. Que ce soit, une des 3 révolutions françaises où le Stanilisme ou Hitler, il y a des vérités interdites. Il faut être curieux de tout sans se soucier du politiquement correct et rester perpétuellement un point vivant d’interrogation. Pas de bla bla, juste des faits et de préférence, ceux confisqués. L’homme et l’instrumentalisation de la violence est un sujet complexe et j’ai bien peur de ne pas avoir d’avis déjà tranché.

        • Ah bon ? et bien même sans avis tranché merci d’avoir commenté mon billet blabla sur cette intrusion de la violence à l’école 😉

  2. C’est un vaste sujet que celui – ci. Aujourd’hui les enfants naissent dans un monde de violence et les parents en sont les premiers responsables.
    La société, se voile la face et nous, pauvres humains nous préférons nous taire face à ce sujet délicat.
    Mais au fond, que faire pour stopper tout ca, car il est bien la le problème. Trouver des solutions adaptées et faire que nos enfants puissent encore prendre le temps de rêver.
    Alors oui, sans doute suis-je aussi coupable, hélas !

    Voici ma simple contribution à ce débat et bisous

    • merci pour ton long mot 😉 c’est à nous de râler pour dire non à ces intrusions de mœurs guerrières dans l’éducation, bise …

    • Par le passé, la violence était tout aussi grande et expéditive voire pire. Il suffit pour s’en assurer de lire des vieux journaux. Par expérience, la violence touchera toujours en priorité ceux qui ne savent pas se défendre puisque le violent est un lâche qui se défoule sur plus lâche que lui. Ceux qui pratiquent des arts martiaux, n’ont presque jamais l’opportunité de s’en servir et espèrent ne jamais avoir à le faire.

      Les parents sont responsables. Violence et non-violence sont des extrêmes, l’attitude juste doit se trouver quelque part au milieu. Un point central qui varie suivant les circonstances. Le problème ne sont pas les armes, l’âge voire une absence de morale, mais notre attitude face à l’adversité. La violence est parfois une solution que l’on le veuille ou non. Que cela soit à l’école, au travail ou dans la rue, l’absence de combativité (méthode, techniques et expérience) d’une personne jouera sur son possible asservissement. Ceux qui savent se défendre (il n’y a pas de différence entre une bataille psychologique, juridique ou physique, juste une question d’échelonnement et il vaut mieux être préparé dans tous les cas ) sauront toujours se protéger.

      Notre raisonnement est souvent binaire, par convention ou fainéantise naturelle. Maintenant, la complaisance envers la religion à l’école, l’esprit de compétition, l’influence des lobbies dans l’éducation nationale me choquent autant que l’étude ou la présentation d’ armes.

      C’est un sujet sensible qui montre à quel point, nos réactions peuvent-être épidermiques.

  3. J’ai lu des choses à ce sujet dans les journaux en ligne aujourd’hui. Des parents ont protesté, tout de même!
    Quand je pense qu’on interdit aux gosses tout ce qui concerne la sexualité mais qu’on n’interdit rien concernant la violence!

  4. Même quand petit , je jouais avec un pistolet ma mère m’ a toujours dit de ne jamais viser personne . Quand l’ adjudant a dit videz votre chargeur sur ces salopards de russes , je ne voyais heureusement que des silhouettes en papier là où lui voyait ses ennemis !
    Bisous

    • « L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi, alors que c’est lui ! »;  » À la guerre il est important de savoir reconnaître l’ennemi. Car, sans ennemi, la guerre est ridicule » -Desproges

  5. A quand les distributeurs de chargeurs de kalachnikov dans les collèges ? Pour l’école primaire, on va en rester au armes blanches pour le moment. C’est un bon début, faut commencer par les bases fondamentales.

Les commentaires sont fermés.