Histoire qui ne tient pas la route !

Il part en vacances, décidé à se payer du bon temps lorsqu’une belle nationale pourvue d’un panneau attrayant « Direction des vacances du tonnerre » surgit à sa droite, telle une illusion due à la chaleur monstre. Elle est bien réelle, il la prend, quitte à se perdre, mais elle vaut mieux que de se coltiner des embouteillages. Étrange affaire que cette ligne droite déserte qui n’en finit plus d’être droite et déserte, d’être égale  ainsi que ses bas cotés.

lines-lines-linesDérouté,  il s’arrête au bout d’un moment, mais la route, elle, continue d’avancer tandis que les nuages eux sont pétrifiés. Il la taille alors à plein pot ! son engin semble avoir des ailes, et la route file, file, file pour décoller. Elle l’emporte vers ces nuages immobiles, puis au delà …

Est ce la route de la totale évasion, la route vers des vacances extraordinaires ? oui, il rencontrera à son bout d’autres touristes, comme lui, pris dans son surprenant  engrenage. Un véritable paradis céleste, réservé à ceux qui n’hésitent pas à sortir des sentiers battus, les attend …

Une fois leur séjour idyllique d’une semaine terminé, ils seront reconduits à leurs points de départ. La route disparaitra, ils oublieront son existence, croyant avoir fait un magnifique rêve, inoubliable lui.

Ils n’auront pas fait fausse route …

Publicités

21 réflexions sur “Histoire qui ne tient pas la route !

  1. Rêve où réalité, ce n’est pas grave puisqu’il a passé une belle semaine

    Pour le plaisir, un petit poème que j’ai étudié en cours élémentaire. Je l’aime toujours.

    LES DEUX CHEMINS (Peut-être A. Daudet)

    Un enfant au bout d’une route
    Trouva tout à coup deux chemins
    Il s’arrêta rempli de doutes,
    Roulant son chapeau dans ses mains.

    Fallait-il prendre à gauche, à droite,
    Ou bien rester là jusqu’au soir?
    Sur un arbre une planche étroite
    Portait un avis peint en noir.

    Mais l’enfant ne savait pas lire.
    Il eut beau se gratter le nez
    La planchette ne put lui dire:
    « C’est par ici petit, venez ».

    Par bonheur une paysanne vint
    Et le tiras d’embarras.
    Elle lui dit: »Suis bien mon âne,
    Et jamais tu ne te perdras ».

    Le jeune enfant baissa la tête,
    Et contre lui-même il boudait
    D’être conduit par une bête,
    Et d’être plus sot qu’un baudet.

    Si tu veux connaître ta route
    Mon petit, quand tu seras grand,
    Instruis-toi bien car il en coûte
    De passer pour un ignorant.

    Bizzzzz Juliette. Quand j’étais sur ma montagne, je savais que tu n’étais pas trop loin..

    • Jolie poésie que je découvre ici mais je dois ajouter que l’âne est un animal têtu certes mais très intelligent , qui réfléchit quand il doit prendre un chemin mais ça l’auteur ne le savait pas !

  2. Ne pas suivre les routes prévues…trouver son chemin…de découvertes en découvertes…ça, j’aimeeee !!! Bise « delamernoire » .

  3. Elle est bien tentante ta route de rêve avec ses bons gros beaux nuages aguicheurs….alors peu importe si elle est rêve ou pas, on y va😊

  4. … comme dit mon copain FB Dan , après avoir découvert mon cantoun

     » Pendant quatre jours
    J’ai cassé mon réveil
    Suis parti voguer
    Dans un cocon de rêves
    Au creux de mes nulle part
    A la voilure de cristal  »

    bizzz et poésie dédicacée

Les commentaires sont fermés.