Le blues de Noël

Le ciel sans étoiles, la lune timide et pâle, l’incessant clapotis de l’océan agité, les continuels pleurs des goélands dans l’obscurité, les claquements ininterrompus des voiles sous le vent qui fraichit, la froideur du grand air, serrent le cœur du marin solitaire qui songe à ses poèmes abandonnés dans de lointains ports … et s’insinue en lui le vague à l’âme …

CORTO-MALTESE-2

Ancré dans ses souvenirs tumultueux, l’aventurier à l’amour généreux rêve de ses sirènes lorsque des appels langoureux submergent les ondes, émoustillent son désir d’imminentes retrouvailles. Possédé par leurs romances le Casanova des mers manœuvre le gouvernail, vire de bord, change de cap, et vaille que vaille fend les flots pour aller s’offrir à ses belles…comme cadeau de Noël.

Publicités

23 réflexions sur “Le blues de Noël

  1. c’est Molto Balèze? Euh, non… pardon… 😳
    Ton billet est très poétique dans le genre blues et correspond bien au temps qu’il fait en ce moment en Bretagne (et on n’a même pas Molto, euh… Corto).

  2. rogeroxoh dit :

    l’espace d’un instant, je m’étais identifié dans le personnage sauf que moi, je n’ai pas de bateau mais juste un petit matelas pneumatique mais bon…
    C’est bientôt les fêtes de noël, il y aura bien quelqu’un qui va m’offrir
    un moteur pour mon matelas gonflable hein ?!! ???
    (au cas ou, j’en ai vu un en promotion à Carrechour! allez quoi, c’est Noyel!)

  3. Il y a comme un malaise ici ou encore tôt Alèze blaise….
    Enfin Juliette tu as raison de divaguer au son des cloches de vachement bien comme ton billet qui prend de la valeur à la nuit la nuit……
    Sauf que là il va nous manquer Joe le Cocker:

    • Merci Tux pour toute sa musique …j’écoute !!!
      je l’ai vu en concert à Londres, y’a 35 ans (un petit festival ) je n’étais pas fan ( branchée à l’époque par le punk ), j’avais bien aimé mais j’apprécie plus maintenant, avec l’age !

Les commentaires sont fermés.