Le ver solitaire

J’ai il y a quelques temps écrit à moitié un recueil de poèmes, que, par paresse et insatisfait par ses fades rimailles, j’ai abandonné dans un coin puis oublié … jusqu’à aujourd’hui, où une odeur de moisissure m’a rappelé son existence. J’allais bruler mon navet lorsqu’une énorme larve s’en est éjectée. Complètement piquée de mes vers dont elle s’est copieusement nourrie, qu’elle a ingurgité des pieds à la tête, la bête se tortille d’un vorace plaisir non dissimulé !

ben-chen-illustrations-3« Tes vers étaient un délice cher poète, ça t’apprendra à douter de tes capacités  » a t-elle ajouté  mordante …

Je n’ai pas osé les lui tirer du nez car je les aurais assassinés …Mais, un jour ou l’autre la morfale voleuse, installée chez moi, en accouchera et je les récupérerai …

Publicités

24 réflexions sur “Le ver solitaire

  1. la poésie de Juliette c’est…non je recommence : sa poésie c’est… non c’est trop dur… en bref la poésie en général c’est le contraire de la vie au quotidien pour ceux qui vivent comme des zombies : une main sur le porte monnaie et l’autre sur le portable. + ce matin pêche en mer et repas avec ma pêche : OUAIIIII quelques rougets une aiguille et autres. Fier comme un bar tabac j’ai photographié les preuves mais COMME JE NE SAIS PAS INCLURE UNE PHOTO SUR CE BLOG il te faudra imaginer. Le bonjour à ton vers à toi Juliette. Bise

    • c’est pas une poésie cette histoire d’un ver plein de vers ! et je ne suis pas à l’envers Claude le pécheur ! je t’imagine bien avec tes asticots pendus au bout de ta canne 😛 (j’ai pas osé écrire au bout de ton nez) et bonnes fritures …

  2. Bonjour poétesse … Tes vers se délectent .. J’imagine leurs nuits de plaisir passées dans tes feuilles ou livres…Mais qu’ils ne les gardent pas en égoïstes ces gros là…

  3. Hé hé…l’alouette …ne t’avise pas de faire ici un bon repas de vers !!!
    Mais nooooon….je rigoooole…!
    Tiens, c’est presque l’heure…je prendrais bien un verre ! Santé, Chère Juliette !

  4. Faut pas attaquer mes vers, c’est lâche ! Bon bon c’est pas tout hein, quand faut y aller faut y aller, bref ce matin et non pas ce Martin sur mon bateau à 6h31 et avec ma boite de vers si mignons j’ai trempé mon… non pardon mes deux fidèles cannes dans l’eau bleue qui vu l’heure était noire. La mer était belle comme une femme avec des gros seins et calme comme une femme déprimée. Sans rire c’est incroyable cette mer sans vague sauf celle des bateaux qui passent. à 7h23 pas loin de l’embouchure j’ai attrapé un rouget qui a eu l’élégance d’être portion, 9h plus rien, je vais à quelques km au large pour chercher du gros (je suis un garçon avec de grosses illusions) rien ! rien ! rien ! Je me demande si le vendeur ne m’a pas refilé le vieux vers de Juliette. à 11h 34 je suis rentré et pour faire croire que ma pêche était de grande quantité j’ai enveloppé mon rouget dans un sac qui pouvait laisser croire que etc.

  5. Et je vois qu’il a des lunettes. Il s’est esquinté sa vue de ver à lire les vers dans le noir… Pauvre bête.

    Chez moi, les vers préfèrent les pommes.

  6. authentique : ce jour en faisant le ménage à la mer j’ai trouvé UN VERS avec une auréole de soie sur le canapé c’est inadmissible : Il y a quelques jours nous avons prêté ce logement à des amis qui ont du laisser trainer un exemplaire de ton recueil, j’ai cherché : rien pourtant, pas la moindre odeur de Juliette.

Les commentaires sont fermés.