j’aime pas le j’aime tout court !!!

Vla un certain temps que ça dure et perdure , que des personnes que j’aime bien se contentent de  mettre un j’aime sur mes billets à la place de quelques mots sympas, et d’autres que je ne connais point me font aussi ce signe, là c’est moins grave vu je ne les connais point, mais les j’aime sans mots me déplaisent !  je les trouve dignes d’un affreux facebook impersonnel et froid  … A quand la vraie camaraderie virtuelle où à la place d’un hyper facile clic sur un bouton on écrira des mots simples à ceux que l’on aime bien….

Bref le j’aime sans un salut j’aime pas du tout !!!

Publicités

40 réflexions sur “j’aime pas le j’aime tout court !!!

  1. Il y a ceux qui reçoivent des « j’aime », et ceux qui ne ni de « j’aime » ni de commentaires tout court ! (non non je n’écris pas ça pour moi, quelle idée ?)
    C’est vrai que c’est très con, très très con de « laïker » comme ça, juste pour dire « il (ou elle) sera content(e), j’ai « aimé » son billet. L’intérêt d’un échange, ça reste bien entendu d’échanger quelques mots, quelques impressions, quelques blagues plus ou moins drôles à l’occasion.
    Tout se perd, ma p’tite dame…

  2. Bon ben … bonne soirée !
    J’avoue, je ne suis guère bavard … Mais tu as raison, un « j’aime » c’est un peu court. 🙄

  3. Un j’aime sans mots est peut être un câlin silencieux ..? J’aime bien cette idée, entre amis virtuel, se serrer rapidement, juste pour la chaleur, parce qu’on a peut être pas les mots justes, sur me moment.. Pour revenir ensuite, plein d’élan… Moi, je te mets un grand j’aime!!!

  4. Je suis d’accord pour penser que le « j’aime » est un petit coucou qui veut dire, je suis passée par là et que je reviendrai te causer un peu plus tard .
    Et puis il y a des timides qui n’osent pas laisser un message .
    Bizzz de la nuit

  5. Cela fait quelques temps que je vais sur ce blog (2-3 semaines environ) et j’apprécie tes « rock divagations ». Je fais sans doute parti des timides qui n’osent pas laisser un message…

  6. nous sommes bien d’accord sauf pour la formule  » la vraie amitié virtuelle  » qui me fait vraiment rigoler ou plus exactement qui m’attriste. L’amitié virtuelle ressemble à la masturbation mais en encore plus solitaire (si c’est encore possible)

  7. J’ai fait pareil. J’ai renoncé aux « Like » pour moi et je n’en mets plus chez les autres, je mets seulement des commentaires.
    Mais je t’aime bien quand même, n’en doute pas! 😉

    • Tiens, cette image là ne s’affiche pas toute seule?
      Celle de « gore » est apparue toute seule après que j’ai collé le lien vers le .jpg

      • Ah ben si, elle s’affiche toute seule… C’est peut-être WordPress qui a fait des modifs logicielles?
        Tu n’as qu’à faire des essais.

  8. Like…quelle usurpation ! « vu » serait plus adapté car moi, quand j’aime, je ne compte pas …les mots! Et puis, il ne faut pas forcément aimer pour commenter…juste avoir envie d’échanger des points de vue , réagir. Sur ce, bise, chère Juliette .

  9. Je t’aime moi non plus…..
    Bises la boule de neige rockeuse 😉
    au derrière légèrement raccourci par les mâchoires de loups….
    moi c’est machin, et toi c’est marshmallow?
    Bon marche à travers la rivière,
    et bon courage à la montagnarde coursée par les rochers…
    Ah! ceux là…. les rockers!

  10. il y a confusion entre quantité et qualité entre relation humaine et lien machinal, être fier du nombre de LIKE ou du compteur de visites donne une idée de la personne soucieuse de ces observations de la qualité et de la profondeur de ses relations avec l’autre : Tout dans la surface et les apparences. Sous le maquillage le visage est vide ou inconsistant

    • j’aime être lue Klodio et commentée comme tous ceux qui tiennent un blog , ça va faire 10 ans que je le tiens et des lecteurs très sympas ( que j’ai perdu de vue ) comme ça arrive dans la vie  » normale » m’ont aidée au début grâce à leurs mots sur mes historiettes à sortir d’une p’tite dépression;
      mes lecteurs actuels  » entretiennent  » ma joie de vivre naturelle …je ne suis pas fière du nombre de commentaires ou visites mais ils me font un réel plaisir et je vais voir ces copains sur leurs espace si je ne leur réponds pas ici et je ne me maquille jamais …

      • Juliette tu n’étais pas visée par mon commentaire. Chacun de nous est content d’avoir une audience de plus en plus large, ça flatte notre égo et nous sommes avides d’échapper ainsi à l’anonymat. Toutefois c’est une pente facile et finalement artificielle, je m’efforce de tuer mon animal  » égo  » et parfois j’ai l’impression d’y arriver, finalement tout ce baratin s’adresse surtout à moi même.
        Bravo pour ce :  » des lecteurs très sympas ( que j’ai perdu de vue ) comme ça arrive dans la vie  » normale » m’ont aidée au début grâce à leurs mots sur mes historiettes à sortir d’une p’tite dépression;  » et que vive ta joie. Bise virtuelle.

  11. qu’est ce écrire ? qu’est ce lire ? mais j’aime bien savoir que je suis lu ou vu de temps en temps , pourquoi ?
    la moindre forme de relation dans l’hyper-espace pressé du net …
    un passage d’une dimension à l’autre, l’autre … est / a sa dimension innaccéssible, le clic le début d’une accessibilité ?

    oui, tout le monde peut mettre qq mots, mais chacun possède (ou est possédé par) son univers et son temps et le temps commun qui bouffe
    on dit chronophage,
    mais le dialogue, les idées ? quand les idées doivent s’échanger, elles s’échangent je pense, donc entre deux « j’aime » (qui peut dire beaucoup de sous entendu) il y a de temps en temps des commentaires, et la possibilité de répondre, mais combien de hasard avant un dialogue et encore combien de hasard avant un échange, et que garantie le net ? et comment le garantir ? tout cela est trouble, les blogs sont des micro fenêtres, des micro ouvertures sur des « consciences » mais de quelle genre ? et sont elles toujours conscientes et où se situent elles ?( des ouvertures ou des oeils de boeuf placides ?)
    le silence des « j’aime » n’est qu’un demi silence, et le début d’interactions ou de néant pur , seul les possibles d’actions entrainent un avenir de réactions ou pas , ça ne tient qu’à une onde qui est une génération d’idées, de causes, d’effets, de possibles ou de vides sans réponses (un résumé de l’atome, neutron, electron, proton ?) , ce qui en soit n’a aucune importance ni aucune valeur dans l’absolu, tout peut être ou ne pas être
    le temps est un joueur avide (…) et un hasard pur qui naquit v’la qq milliard d’années dans une galaxie probable dans un univers probable cotoyant des milliards d’autres possibilités (pouvant être qu’inexistence ou chacune ayant une éxistence inimaginable) et au final un cerveau est relié à un autre avec des sens déconnectés les uns des autres qui se reconnectent sans le sens original du clic sur le « j’aime » etc, etc …
    moi, j’aime bien les « j’aime » mais au final est ce que je les aime ? dans la possibilité que rien ne pourrait être ou que tout n’est que diversion ou déconnection d’une tache à l’autre qui n’a rien d’essentiel ni même celle de respirer … ? aquaboniste équilibriste qui ne sait faire des choix entre le minima et le maxima du mot, un j’aime instancié par l’action neuronale, l’existence du j’aime tient à la conscience de l’autre, de son choix, d’une éxistence qui entame le minima du partage dans le possible ou le chaos, finalement … mais il me semble avoir déjà commenté, il y a un temps, ou cela n’a jamais existé, la mémoire, la matière et le maintient du fil qui relie le passé au présent mais qui peut ne plus éxister et ne plus savoir , ne plus être certain , le j’aime est aussi un souvenir alors ? sans fin ? ou l’immadiate fin, ou que sais je encore …?

    • j’ai entièrement lu tes  » articles  » Univerzoro , 100 fois plus complexes que mon tout petit billet qui n’est pas du tout une réflexion philosophique mais une simple pensée sur la difficulté de dialoguer qu’ont certains et la solution de facilité que sont ces boutons  » like » , pour sinon éviter le dialogue du moins le remplacer par un clic vite fait , et notre société actuelle offre du facile à tous vents : au lieu de chercher un peu l’aventure, les gens partent en voyages organisés, la plupart des voitures sont équipés d’un GPS …personne n’a plus le temps de rien maintenant , c’est ça le triste de l’histoire 😦
      je ne critique pas le progrès mais il empêche souvent de se creuser la cervelle et le dialogue , mais je dévie du sujet …

      Merci bien en tout cas pour tes réflexions …

      • tes reflexions alimentent les miennes 🙂 le temps d’un moment …
        chaque réalité a plusieurs plans qui vivent ensemble.
        Le GPS est un outils de facilité mais aussi de sécurité, même quand on connait la route, comme tout, l’usage nous renseigne sur l’intelligence de l’utilisateur ou du groupe. ou ses « besoins », le GPS peut être aussi un outil de perdition et donc de perte de temps , aussi 😉
        ou on peut se laisser « téléguider » par la stupidité du GPS et faire des découvertes qu’auraient exclu un chemin toujours emprunté par peur de se perdre.
        mais dans l’absolu … mais dans le contexte technologique, nécéssité, utilité , oui, la relativité et la diversité de l’usage du monde ? on profite des inventions du siècle , mais il faut aussi garder sa volonté et sa vision de l’humain sur le mécanicisme, la technologie, charlie chaplin nous a montré la vision du fordisme et la bombe nucléaire son inhumanité humaine, bon bref , je m’écarte du GPS et de … je ne sais plus le sujet … est ce si important ? désolé … je voulais faire court et je n’ose pas supprimer le fil de ma pensée … pensée qui n’est pas grand chose et si confuse …
        à bientôt cdt 😉

  12. UNIVERZORO il y a une mesure pour tout. Trop écrire n’est-il pas aussi problématique que pas assez… en tout cas pour les commentaires sur un blog.
    Qui va lire ton commentaire en entier ? (moi je l’ai lu) et surtout qui va réfléchir sur ce commentaire ? qui va se donner le temps de réfléchir ?

    • effectivement, le temps et le mode de lecture, et le mode de penser, et le désir et pouvoir lire sur un écran et sur quel type d’appareil, autant de paramètre que peu de personne pense à prendre en compte, comment se vit , se lit l’internet (blog, article, livre, journal dans cet univers numérique, et comment le cerveau biologique vit dans ce monde technologique, mécanique, imposant à nos yeux et nos oreilles un monde si particulier, si peu et si autant humain … ? bof … lire, dés fois je n’ai même pas envie selon le type de support média, sans compter le temps/moment de lecture et le temps/durée/instant moment/lieu / contexte de la réponse et du désir des mots ou du silence, d’où l’intêret du « j’aime » mais je peux pas mieux à l’instant , puis l’instant passe et tout le monde passe à autre chose, sans savoir vraiment ce qu’est cette chose , etc …

  13. au fait Juliette ( et non pas aux fées ou aux fessex) moi aussi il y a une éternité j’avais un blog et tu faisais partie avec Manobia et Tuffette de mes abonnements. Mais maintenant pas plus Facebook que blog je ne fais que des vidéos et pi c tout. Chaque fois que j’essaye de faire un blog à nouveau je trouve l’outil pas convivial, lourd, trop bouffeur de temps.

    • Mais je me suis souvenue de toi Klodio, dès tes premiers commentaires, je savais 😛 j’ai eu confirmation de ton identité en lisant un de tes récents messages chez miss Tuffette !

    • J’AIME TRESSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS L O N G ! Bizettes

  14. En tout cas Miss Juliette on peut dire que tu as su délier les claviers par ce petit billet … j’aime ! 😛
    Bizzz pas anonymes

  15. ◘ẅ◘ dit :

    Merci pour la vidéo, Juliette. J’ai vu « Furyo » à sa sortie au cinéma et ensuite, je l’avais en VHS. C’était très violent pour l’époque, de la rigolade aujourd’hui…

  16. Anonyme dit :

    Je les aime bien « les likes » avec la bouille des visiteurs qui n’ont pas forcément, le temps, l’envie ou l’inspiration de laisser un com… mais à chacun sa manière de gérer son petit univers. Si t’aime pas, t’as raison de le dire. Pour moi, « les likes » sont comme l’expression d’un petit sourire sur un visage qui n’a pas forcément envie ou la capacité du moment d’en dire plus…
    Bises Juliette !

  17. Anonyme dit :

    J’illustre d’ailleurs aussi le cas où l’ordi utilisé est tellement dépassé, qu’il ne fait plus les mises à jour… C’est moi ! Marla ! (l’anonyme du dessus aussi)… Va falloir que je trouve une solution, ça me gave !!! Je like pas du tout 😦

  18. En passant par mon téléphone, je devrais reprendre figure humaine… Tu peux rajouter un « s » à t’aimeS ? Belle nuit Juliette !

  19. Un très grand Merciiiiiiiiiiiiii à tous : j’aimeu vos mots, on ne m’en a jamais autant écrit de si longs, je crois, sur un billet !!!

Les commentaires sont fermés.