Quand un poisson niais devient enragé…

intro41Il rentre chez lui à l’aube du Dimanche de Pâques 31 Mars, sous une pluie battante, lorsque les gouttes d’eau se métamorphosent soudainement en poissons de toutes sortes.

Sans se poser de questions métaphysiques sur ce miracle Pascal, en homme concret, il court chercher son fourgon qu’il remplit de ce cadeau du ciel, vend à la sauvette sa récolte entière.

Poignardé dans le dos par son ex-client, le poissonnier du village, un alcoolo ayant pour devise « Du poisson sans boisson c’est du poison«  enrage. Alors, la nuit venue il fiche entre les omoplates de son rival, un couteau vengeur décoré d’une carpe à l’odeur de nuoc-mâm!

medium_1er_avril

Publicités

19 réflexions sur “Quand un poisson niais devient enragé…

    • oui ça faisait longtemps Pat que je n’écrivais plus de trucs un peu trash !!! l’arrivée du printemps détraque …

  1. Encore une chance que ce ne soit pas des baleines.
    Lorsqu’il n’y aura plus d’eau on peut imaginer que les nuages se chargent de poissons et de crustacés et il nous tombera dessus une belle bouillabaisse. Mais sans eau
    Bises

  2. Quand la mer nous tombe sur la tête :Il ne pleut pas des cordes, mais plutôt des carpes ! Quoi de plus étrange que de se réveiller le matin après un orage et de découvrir des mares… de poissonDes pluies insolites mais plutôt courantes
    Les pluies de poissons, malgré leur côté insolite, sont plus fréquentes qu’on ne le pense. Les journaux regorgent de faits divers où nos amis aquatiques pleuvaient sur des villes. Ces poissons sont en général de petite taille, entre 3 et 10 cm : ce ne sont pas des baleines qui tombent du ciel, mais plutôt des sardines, des poissons rouges ou des carpes.
    Des pluies marquantes
    En décembre 2002, c’est le village de Korona, en Grèce, qui a subi une pluie de poissons. En août 2000, c’est la ville de Great Yarmouth, dans la région du Norfolk en Angleterre qui a été victime d’une averse poissonnière. Avant ça, en 1989, un couple australien du Queensland affirme avoir ramassé 600 petites sardines dans le jardin après une ondée. Et la liste est encore longue. Le 18 février 1861, après une secousse sismique à Singapour, les habitants affirment qu’il a plu pendant 3 jours… des poissons-chats. Déjà durant l’Antiquité, des témoignages relatent ces pluies de poissons, comme au VIème siècle avant J-C, dans la région de Chéronée, dans le Péloponnèse grec. Une explication scientifique sans appel
    Pour les scientifiques, l’arrivée des poissons sur les villes s’explique par des phénomènes météorologiques. En effet, les pluies de poissons suivent en général des tempêtes. Les vents aspireraient donc les poissons dans l’eau, pour les déposer dans nos jardins. Cela n’explique pas comment ces poissons sont sélectionnés, puisqu’une seule espèce de poissons tombe du ciel la plupart du temps. De plus, ils sont vivants, et accompagnés d’aucun débris ni autre animal. Les tempêtes n’effectuent pas ces sélections, et les vents aspirent tout sur leur passage. Dans d’autres cas, comme celui de la pluie de poissons de Singapour en 1861, un scientifique français, Francis de Castelnau, avait constaté que l’averse était survenue pendant une migration des poissons-chats en question. Il avait découvert que pendant leurs déplacements, les poissons-chats étaient capables de se mouvoir sur terre, pour aller de mares en mares. Une explication scientifique qui dément la thèse de la pluie de poissons !
    D’autres pluies d’objets et animaux divers
    Ces pluies de poissons ne semblent pas prêtes de s’arrêter. D’autres objets et animaux tombent du ciel régulièrement dans le monde entier. Depuis l’Antiquité, des récits de pluies de sang ou de produits à base de sang jalonnent l’histoire. Des morceaux de viande sont même tombés du ciel aux Etats-Unis, dans le Kentucky, en 1876. Le ciel envoie aussi de la nourriture végétale sur nos têtes : en 1867, à Dublin, ce sont des noisettes qui sont tombées, et des haricots africains ont inondé le Brésil en 1971. Mais l’averse insolite qui reste la plus courante est celle d’animaux, et surtout de grenouilles. Mais on compte aussi des souris, tombées en Norvège en 1578, des serpents à Memphis aux Etats-Unis, ou encore des canards.

  3. Excusez moi Juliette, mais je ne comprend pas pourquoi le texte est venu sur ton blog en trois exemplaires; En fait le texte commence par : Quand la mer nous tombe sur la tête etc… et fini par
    : Mais on compte aussi des souris, tombées en Norvège en 1578, des serpents à Memphis aux Etats-Unis, ou encore des canards. ( effacez donc l’excédent et puis ce présent message également , désolé, je n »avais pas envie de monopoliser ton blog.)

    • Merci tétinenoire,c’est intéressant, j’avais déjà lu un article similaire sur le sujet!
      j’ai supprimé l’excédent de texte en allant dans modifier 😎

  4. Je serais assez intéressée par une pluie de langoustines, au prix où elles sont… mais ça n’arrive qu’aux autres on dirait…

  5. fish ! fish fish ! arrête; arête, arête ! queue queue queue, ouie, ouies ouie ouie,branch’in, branch’in, Fr@ne est un poisson qui nage en NO trouble … HIC ! Bizettes

  6. moi j’m’en fish (and chips) j’les préfère en chocolat noir les tits poissons de Pâques !
    Bizz et bonne fin de long we , Juliette and c°

Les commentaires sont fermés.