Quand l’homme fatal perd les pédales…

J’ai filé le parfait amour avec mes deux   extravagantes amoureuses jusqu’au jour où pris d’une fringale de culture je suis allé à une exposition universelle.

J’y ai rencontré une femme savante au corps époustouflant mais à la tête pas esthétiquement bien faite.

L’érudite s’est aperçu de mon ignorance crasse et maligne m’a aussitôt mis le grappin dessus.

J’ai ingurgité  grâce à son cordon cervical implanté dans mon oreille un inimaginable savoir en un temps record.

Pauvre de moi, elle m’a eu , j’en ai perdu mon latin et délaissé mes farfelues. Elles ont fichu le camp. Je me retrouve seul avec une encyclopédie vivante mortellement ennuyeuse

Là j’ai compris qu’il ne fallait pas se laisser manipuler même par quelqu’un qui dit vous aimer et rester toujours soi même …

* Pour les lecteurs infidèles : voir le billet précédent 🙂

Publicités

17 réflexions sur “Quand l’homme fatal perd les pédales…

  1. C’est vrai çà !
     » Là j’ai compris qu’il ne fallait pas se laisser manipuler même par quelqu’un qui dit vous aimer mais rester soi même …  »
    Et si on nous aime , c’est qu’on est comme on est , donc pas besoin de changer !
    Signé : Perfect Boy !

Les commentaires sont fermés.