My beautiful laundry !

Lui est un rebelle débauché qui vit d’expédients pas toujours nets , sympa,  mais à qui il ne vaut mieux pas chercher d’embrouilles… Solitaire, il tient avant tout à sa liberté et se méfie des femmes qui veulent lui mettre le grappin dessus.

Il la rencontre dans une laundry .  Il y est à moitié nu.  Elle rentre, lui sourit, l’aborde d’un direct   » waouh ! tu me plais mec « . Elle est belle, fine, élancée, son visage halé aux grands yeux verts légèrement bridés,  encadré d’une épaisse crinière noire,  parfait.  Elle ressemble à une gracieuse panthère.   » T’es la fille la plus chouette de la ville   » lui répond il .

Ils partagent quelques bières, parlent de tout et de rien avec l’impression d’un déjà vécu, rigolent comme des gosses puis finissent entrelacés sur la machine à l’essorage… Leur amour débridé ne sera pas toujours du gâteau mais ils le dégusteront jusqu’à sa dernière bouchée …

Publicités

28 réflexions sur “My beautiful laundry !

  1. Ah le coup de l’essoreuse !!!! Les machines modernes , amorties , quelle perte !!!! Tiens à propos j’ai une lessive en route mais suis pas en calcif « amerloock  » !
    Bisous

  2. J’ai adoré le film de Stephen Frears avec Daniel Day Lewis (tout jeunot)
    L’as-tu vu ?
    Sex and love entre les boîtes de lessive et la machine à repasser comme dans ton billet, mais en version gay anglo-pakistanaise.

    • Bon c’est pas gai , quand j’ai cliqué sur le lien , çà m’a mis  » forbiden  »
      Non je ne l’ai pas vu . Mais comme disait Béart
      Certains jouent quand même les atouts de même couleur
      Libre à eux moi j’aime , les valets pour les dames , les trèfles sur les cœurs !

    • oui Brigitta j’ai vu my beautiful Laundrette à sa sortie. ce film c’est à l’époque de mes années Londoniennes, avec les violences des skin heads envers les Pakistanais, les punks, les squats, les laundries où je lavais aussi mon linge , l’époque de la dame de fer : Thatcher !
      ton lien ne fonctionne pas 😦

  3. Ben moi, je me méfierais… L’a pas l’air clean, clean… L’est capable de fumer sur la moquette et même de la fumer, elle. Si ce n’est pas la mienne, ce n’est pas grave, m’enfin…. 😯

  4. J’ai fréquenté quelques temps les lavomatics parisiens mais je n’y ai jamais rencontré de personnes en petite tenue , c’est un pur fantasme ! Qu’on se le dise ! 😉

  5. Jusqu’à présent, c’est à dire après 45 ans d’une vie palpitante et exaltante (mais pas Germaine), je n’ai jamais réussi à mettre les pieds dans un lavomatic. Une expérience que je redoute et qui m’effraie. Ce qu’on en raconte un peu plus haut ne m’incite pas vraiment à franchir le pas. Je préfère me cantonner à la couture. Même si ça pique parfois, c’est moins risqué. Et quelle joie, quelle satisfaction après avoir rebouché un trou, posé une pièce. Personne ne peut comprendre…

  6. Une histoire simple, comme on les aime 🙂

    juste te dire……………………

    Mon amie, elle, est partie de son plein gré………….je n’ai rien senti, rien vu venir…..et je me sens môche……………..

    • oui, c’est J Jacques Burnel,on dirait un enfant de chœur, elles sont rigolotes ces paroles 😀 je connaissais pas !

      Alors si ce bug continue, contacte le support de WordPress en allant dans aide sur ton tableau de bord , puis sur get help , puis sur apparence , puis sur contacter nos ingénieurs du bonheur ( oui , ils s’appellent comme ça ) et tu expliques ton problème …
      L’année dernière j’ai eu aussi un bug , ils m’ont répondu le lendemain et résolu le bug …

  7. Zucco : « Je le laverai moi-même. J’irai à la laverie automatique ».

    La mère :  » Tu dérailles, mon pauvre vieux. Tu es complètement dingue ».

    Zucco : « C’est l’endroit du monde que je préfère. C’est calme, c’est tranquille, et il y a des femmes ».

    (…)

    «  »Roberto Zucco », de Bernard-Marie Koltès, scène « Meeurtre de la mère ».

    Des belles fines aux grands yeux verts, j’en vois jamais à la laverie … Vivement une nouvelle machine.

    Zucco ment.

  8. A la laverie…ils passent aussi l’amour à la machine…comme pour la chanson de Souchon???
    C’est vraiment une histoire de mec, ce fantasme de la laundry! Bises, Juliette!

  9. snake0644 dit :

    On pratique les « Laundry » aux USA, quand il n’y a pas de machines à laver dans les hôtels. La première image est assez géniale. Le texte est marrant.

Les commentaires sont fermés.