L’embrasement

Ils s’embrassent et s’embrasent .

Plus rien au monde n’existe que leur baiser brulant .

Il est une totale fusion de leurs deux êtres qui,  pour quelques  minutes d’un accord passionné parfait,  ne font plus qu’un.

L’univers pourrait disparaître en fumée,  les illuminés  ne s’en apercevraient pas .

Advertisements

38 réflexions sur “L’embrasement

  1. j’embrasse pas … non … c’est sale… beark.
    la dernière fois que j’ai embrassé,
    c’était avec une vache que j’ai rencontré
    dans un champ; Maguy qu’elle s’appelait.
    J’ai vécu des minutes extraordinaires…
    ah cette langue !

    Hélas, comme toute les histoires d’amour finissent mal,
    Mon idyle fut de courte durée,
    Maguy a été vendue et je n’ai retrouvé d’elle que sa langue
    dans un emballage sous cellophane dans le rayon Boucherie
    d’une grande surface.

    depuis je trouve que la langue c’est sale alors maintenant
    je mange des oeufs.

      • pfff! c’était pas de la zoophilie, c’était de l’amour
        de toute façon, tu peux pas comprendre …
        (il pleure…)
        tu n’as jamais connu l’amour vache, c’est tout.

      • en parlant de poule, je voudrais vous parler de Suzette, une petite poule noire que j’ai rencontré dans une ferme.
        J’ai vécu aussi avec elle, des moments inoubliable!
        Au moment du dîner, la faim me tiraillait l’estomac
        j’ai plongé Suzette dans ma cocotte minute.
        Quel sublime repas…

        Allez je ne suis radin, je vous livre la recette:

        – 1 poule bien charnue / 1 litre de vin blanc sec (parce que humide, c’est terrible) / 2 carottes (si vous aimez les carottes, rajoutez-en, moi je m’en fiche) / 1 poireau /2 oignons / 3 clous de girofle (j’aime pas trop l’odeur qui me rapelle mon dentiste (un bourreau celui-la, faudrait que je vous raconte quand je lui ai mordu le doigt!) / 2 gousses d’ail / 1 bouquet garni (thym, laurier, persil) / sel, poivre /poivre de cayenne (pas la peine d’aller jusqu’a la-bas, il y en a dans toutes les bonnes épiceries) / 25 cl de crème fraîche épaisse / 50 g de beurre et 50 g de farine / 2 verres de riz (1/2 verre par personne, verre à moutarde)

        Mettre la poule dans un autocuiseur (celui-ci rendra la poule plus moelleuse). L’arroser avec le vin blanc.
        Vous ajouter les carottes coupées en rondelles, le poireau émincé, 1 oignon entier piqué des 3 clous de girofle, l’ail et le bouquet garni.
        Rajouter de l’eau à hauteur de la poule. Fermer l’autocuiseur et compter 45 minutes de cuisson.
        A la fin de la cuisson, sortir la poule et la placer dans un plat. Filtrez le jus de cuisson et réservez-le.
        Dans une sauteuse, faire fondre 25g de beurre. Dès que celui-ci est fondu, versez la farine en remuant énergiquement pour éviter la formation de petits grumeaux.
        Versez petit à petit du jus de cuisson de la poule pour former une sauce onctueuse. Rectifiez l’assaisonnement.
        Ajoutez la crème fraîche et la poule que vous aurez coupée en beaux morceaux. Laisser mijoter à petit feu.
        Pendant ce temps, faites fondre 25 g de beurre dans une cocotte qui va au four. (Faites chauffer celui-ci thermostat 9). Ajoutez un oignon émincé et faites dorer doucement.
        Quand l’oignon à une belle couleur, ajoutez du thym.
        Remuez. Versez le riz et remuez. Le riz doit prendre une belle couleur.
        Ajoutez du jus de cuisson (2 fois 1/2 le volume de riz ). Amenez à ébullition et mettre au four pendant 18 minutes à 180°C (thermostat 6). Pas une minute de plus!
        Servez la poule avec le riz. Et bon appétit.

        (source: marmiton.org)

          • en parlant de cochon d’inde, j’ai discuté avec un cochon d’inde ces temps-çi, c’est chiant les cochons d’inde, ça n’a pas de conversation.
            Pourtant j’aurais voulu connaitre son opinion sur La Bhagavad-Gîtâ, un truc que j’ai trouvé dans une brocante avec pleins de personnages marrant comme dans le seigneur des anneaux mais en indien: on y retrouve Krishna et Arjurna.
            ça parle aussi de yoga, j’ai éssayé pleins de positions jusqu’a ce que je me retrouve bloqué pendant deux heures.
            C’est bête un cochon d’inde, ça sait pas faire du yoga.

  2. Ils ont bien raison d’en profiter…Ce sont des moments qui restent en mémoire et de jolis souvenirs à conserver…
    bises

  3. On dirait une reprise de « passion of lovers » de Bauhaus mais je ne sais par qui… Ca ressemble vaguement à du Faith no More sans vraiment la puissance vocale du chanteur. Très bonne interprétation, c’est qui ?

    • Je ne sais pas qui l’interprète, il n’y a que le titre sur Soundcloud . Tu es sur que ce n’est pas Bauhaus ?

      PS: j’ai demandé au gars qui l’a mis en ligne qui jouait ce morceau
      🙂

  4. tuffette dit :

    c’est HOTTE ce billet … le Printemps est arrivé la jolie saison … 🙂
    Bizzz amicales heiiiiiiing !! je crains la cellophane en plus , moi !

  5. Le blog : c'est nous ! dit :

    Bises Juju et merci our l’anniv !
    Je reprends les bonnes habitudes mais à rythme moins effréné lol!
    Ciao Miss Pouet
    Fr@ne

  6. Plus de mon âge ces embrasements,

    Mais le souvenir m’en est infiniment doux avec le temps.
    Elle « pousse » la zik, lol
    Amitiés Juju

  7. lol non Juju bien sûr !
    Disons qu’on y va moins « sabre au clair » qu’avant et qu’on réfléchit un peu plus avant de s’envoyer des heures de voiture, de train ou d’avion.

    (sabre au clair…hum !)

  8. roger voulait remercier Serge pour le lien sur les photos qu’il diffuse mais Askimet est encore collée à mes basks (!)
    Merci quand même Serge…

    • je me demande si elle est célibataire cette Askimet,
      le fait de me bloquer, doit surêment cacher quelque chose.
      quelle coquine…

Les commentaires sont fermés.