Ses cordes si sensibles

Elle est jeune, révoltée,  gaie, se laisse divaguer dans des  tourbillons incessants de plaisirs. Elle jouit à fond de la vie, tombe dans ce que la morale réprouve :  » la débauche « Elle, elle se sent exister  dans cette débauche. Et puis, elle arrive à contrôler ses débordements,  à discerner le bon du mauvais,  les méchants des gentils.  Elle évite les  nombreux pièges tendus sur son chemin grâce aussi à  l’aide de sa grande amie :  Dame Chance

Et un beau jour , elle a le déclic !

Un coup de foudre, non pas le coup de foudre ordinaire pour  le sempiternel prince charmant, mais pour un instrument, pour une guitare avec laquelle elle s’amusera comme jamais elle ne s’est amusée . 

Une guitare qui touchera ses cordes sensibles, qu’elle fera rire, pleurer, chanter au gré de ses fantaisies …

Advertisements

27 réflexions sur “Ses cordes si sensibles

  1. Comme une soeur pour moi, cette fille,…. avant et apres son declic…. sauf que helas, je n’ai jamais joue de la guitare electrique, instrument que j’adore, qui m’a ouvert, enfin, les oreilles… :oups:

  2. Voici quelque chose de doux d’une jeune multi-instrumentiste
    (guitare, banjo, piano, ukulélé et accordéon)…

    Si tu aimes ce titre de Ruth Moody, je te conseille l’album « The
    Garden »…
    Bonne soirée.
    .

  3. Sauvée de la « débauche » par la guitare? Pourquoi pas… Tout ce qui occupe les mains et l’esprit est certainement excellent pour l’équilibre personnel.
    Je ne suis pas très branchée musique, mais je viens de terminer un roman de Chester Himes, « La troisième génération » qui date d’avant sa période de romans policiers et qui décrit une sorte de déchéance dont le personnage principal réchappe in extremis.
    Bises,
    Mo

  4. Joli Juliette,
    tous ceux qui on la chance d’avoir un don musical, qu’elle chance je
    trouve – bisous

    pas sur que le lien fonctionne !

  5. snake0644 dit :

    A la fin de sa vie, elle se remit à boire car elle était devenue sourde 🙂

Les commentaires sont fermés.