Bohème

Je marche au hasard
mes pensées filent embrouillées
je n’ai pas envie de les démêler
il est tard ….
.
j’adore la solitude dans la nuit
l’intense silence de la nature
quand seul murmure
mon coeur
Solitude mon amie
j’oublie avec toi mes peurs
la dureté de la vie
je la fuis en rêvant
J’aime
mon existence bohême
j’en savoure goûlument
l’instant présent …
.
Ma charmante bébête, la plus chouette des minettes , je ne peux pas faire un pas sans que tu sois derrière mes baskets collée comme un sparadrap. Tous les soirs, tu me fais ma toilette, tu me lèches, tu me lèches après t’être lavée les fesses, puis tu ronfles sur mon épaule. Et tous les matins petite pimbêche tu miaules, tu miaules pour recevoir tes caresses accompagnées de croquettes. Ensuite, tu attends patiemment que je te donne la clef des champs pour faire ta balade de chatounette …
.
Minuscule panthère, autour des petits oiseaux tu rôdes. Ensuite silencieuse meurtrière tu les dévores. Puis tu m’offres leurs restes. Tes yeux d’émeraude sans arrêt papillotent. Tu fais ton gros dos. Tu ronronnes, tu te frottes à moi joyeuse. Souvent petite peste, sans raison tu me griffes, sauvage chatonne joueuse. Je me rebiffes, et tu fuis féline …Tu me manques Mimine !!!
.
J’enrage de voir les outrages que fait l’âge au corps et au visage. Il les saccage comme un terrible orage ravage un paysage.
.
Il y a un temps pour tout. Un temps pour faire joujou, un temps pour gagner quatre sous, un temps pour être fou, un temps pour pleurer un bon coup , et le temps des bisous plus précieux qu’un bijou …
.
Il me semble ces derniers temps que je laisse le temps s’échapper. Il passe comme le vent, toujours pressé. J’arrive pourtant à lui saisir de doux moments, mais malheureusement , ils n’ont qu’un temps, foutent aussitôt le camp. Sa fuite de jour en jour s’accentue !  Saleté de temps qui ne fait que passer sans jamais s’arrêter …
.
Prends le temps de vivre, prends le temps d’aimer, prends le temps du plaisir, prends le temps de ta liberté …
.
Je voudrais tant redevenir une enfant et jouer tout le temps. Je voudrais tant la fin de la misère et des guerres sur cette terre. Je voudrais tant un éternel printemps et qu’il n’y ait plus de sales gens intolérants et violents. Je voudrais tant vivre longtemps et voir d’heureux changements. Je voudrais tant ne jamais perdre ceux que j’aime et toujours pouvoir leur dire qu’ils sont mes poèmes …
.
Publicités

12 réflexions sur “Bohème

  1. francis dit :

    ou à elle ,la forêt bien sur……………nue sous sa robe vegétale elle se donne,elle se donne!!!

  2. Chantoune dit :

    J’aime bien ton poème tu as le talent de dire joliment.
    La sollitute c’est bien pour se retrouver
    Et bien que je préfère à deux, c’est mieux, j’ai apprivoisé la mienne
    Le dessin aussi j’aime bien
    Et vrai j’ai une tendresse pour les bohémiens ou les indiens aussi
    Je me serai bien vu entourée de pleins d’enfants dans une roulotte ou dans un tepee dans la prairie lol
    Douce journée.

  3. Alouet dit :

    je passais..ton blog est "terriblel"  j’aime…illustrations et tout!
    je m’inquière pour Valérie

  4. Chantoune dit :

    Bienvenue Juliette
    T’as raison si on pouvait bloquer le compteur remarque moi je l’ai fait voui voui même que chaque année je rajeunis lol.
     

  5. marie dit :

    magnifiquement décrit, la solitude de la nuit, et le calme quand tous s’endort et que l’on reste à rêver…la nuit apaise, à mon avis…
    joli billet
    gros bisous
    bonne semaine

Les commentaires sont fermés.